Mauritanie : Mohamed ould Ghazouani le candidat du pouvoir déclaré vainqueur au premier tour de la présidentielle

Le candidat du pouvoir à l’élection présidentielle en Mauritanie, Mohamed ould Ghazouani

, a été élu avec 52% des suffrages au premier tour, selon les résultats annoncés dimanche soir par la Commission électorale.

Un général va donc succéder à un autre général à la tête de la Mauritanie. La Commission nationale électorale indépendante (Céni) a déclaré vainqueur Mohamed ould Ghazouani dimanche soir, avec 52,01% des voix sur l’ensemble des bureaux de vote.

Il est suivi par quatre opposants, dont le militant anti-esclavagiste Biram Dah Abeid, qui totalise 18,58% des suffrages, et l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar avec 17,87% des voix. Les autres candidats n’atteignent pas les 10%. Ces résultats doivent encore être transmis pour validation au Conseil constitutionnel après examen d’éventuels recours.

Dès dimanche matin, Mohamed ould Ghazouani revendiquait la victoire, provoquant l’indignation des candidats de l’opposition qui ont alors appelé leurs partisans à protester dans le cadre de la loi. Quelques débordement ont été enregistrés à Nouakchott.

Une carrière dans l’ombre de Mohamed ould Abdel Aziz

Crâne rasé et fines lunettes sur le nez, c’est un homme effacé qui arrive aujourd’hui à la tête du pouvoir. Militaire de carrière, il est affecté au deuxième bureau de l’armée chargé du renseignement militaire quand il participe au coup d’État de 2005 contre le président Ould Taya. Discret, il fait alors partie de ceux qui comptent dans la junte.

À ses côtés, Mohamed ould Abdel Aziz rencontré à l’académie militaire de Meknès au Maroc au tout début des années 1980. C’est avec lui qu’il renverse encore en 2008 Sidi ould cheikh Abdallahi, le civil qu’ils avaient porté au pouvoir un an plus tôt.

Nommé chef d’état-major après ce nouveau coup d’État, avant de passer quelques mois au ministère de la Défense, Mohamed ould Ghazouani a évolué depuis dans l’ombre du président sortant. Il jouit d’une bonne réputation au sein de l’armée et s’est imposé comme un homme clé du dispositif sécuritaire.

Issu d’une famille maraboutique originaire du centre du pays, il est décrit par ceux qui l’ont côtoyé comme « un homme fin, ingénieux et courtois ». « Un militaire qui sait où se trouve le pouvoir réel et qui n’a jamais cherché la lumière de la présidence », confie un diplomate étranger. Un homme dont le style tranchera immanquablement avec celui de son prédécesseur.

Continuité ou alternance ?

Il y a quelques mois, Mohamed ould Ghazouani, 62 ans, assurait ne pas avoir l’intention de se présenter, et affichait son soutien indéfectible au président sortant, son compagnon de route depuis des années. Finalement sa candidature s’est imposée et il a bénéficié de tout l’appui officiel nécessaire pour faire campagne : celui de plusieurs ministres engagés à ses côtés, et bien sûr celui de Mohamed ould Abdel Aziz, qui s’affichait encore avec lui dimanche matin pour revendiquer la victoire avant même l’annonce des résultats.

Faire plus, voire mieux, que Mohamed ould Abdel Aziz et continuer son œuvre, c’est ce qu’il a habilement promis durant la campagne. Incarnera-t-il dans les faits la continuité ou une forme d’alternance ? La question reste entière à ce stade. Sera-t-il loyal à Mohamed ould Abdel Aziz maintenant qu’il occupe le fauteuil présidentiel ou l’attelage qu’ils ont formé va-t-il se disloquer ? « Mohamed ould Ghazouani n’est pas du genre à remettre en cause les acquis ni à menacer les intérêts des uns et des autres », confie un ancien diplomate, avant d’ajouter : « Ce n’est pas non plus un homme de paille. Il ne se laissera jamais marcher sur les pieds. »
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.