Matam : La région dotée de 14 forages multi-villages en 2016 pour l’accès à l’eau

Image d'illustration

La construction des 8 forages prévus dans la première phase du Pudc, à Matam, est bouclée. Mais, il reste 6 autres forages pour atteindre 14 forages en fin 2016. Ceci, au plus grand bonheur des populations comme celles de Wouro Mamadou.
Pour les populations de Wouro Mamadou, un village d’une soixantaine de kilomètres de Ourossogui, dans la région de Matam, c’est un jour spécial. Le puits d’eau qui a été récemment foré dans le Programme d’urgence pour le développement communautaire (Pudc) constitue la grande attraction. Plusieurs bidons d’eau et des bassines sont remplis à ras bord en un laps de temps par les jeunes et les femmes du village. C’est presque une ambiance de fête dans cette localité peulhs qui n’a jamais vu autant d’eau sortir de son sol. Aujourd’hui, Wouro Mamadou voit l’eau, la touche et la boit. Et pourtant, ce forage multi-villages a été creusé en seulement deux semaines et livré par une entreprise chinoise de droit sénégalais. La construction du château d’eau de 200 m3 est prévue dans les trois prochains mois.
Au-delà de Wouro Mamadou, le forage va bénéficier à 8 villages environnants. Les populations semblent venir de loin. Car, de l’avis du chef de village, pour chaque père de famille, la recherche d’eau était la principale corvée de la journée. « Chacun d’entre nous rassemblait ses enfants et prenait les animaux pour aller chercher l’eau, aujourd’hui, nous voyons que toutes ces difficultés sont derrière nous grâce à ce programme », signale-t-il. Parfois, nous explique une femme de la localité, il faut sortir le matin pour aller à la quête du liquide précieux pour ne rentrer que vers 17 heures.
Aujourd’hui, cette joie des populations de Wouro Mamadou est aussi partagée par le directeur national du Pudc, Cheikh Diop qui ne cache pas sa satisfaction de voir le dernier des 8 forages multi-villages prévus dans la région de Matam sortir de terre. Selon lui, il est prévu 6 autres forages dans la région, ce qui fera un total de 14 forages à la fin de 2016. A terme, ce programme va impacter sur 50.000 personnes. «Cette eau va aussi permettre aux femmes de faire du maraîchage grâce au système d’irrigation qui sera installé dans les différentes localités», explique Cheikh Diop. Mais la région de Matam ne sera pas approvisionnée uniquement en eau. Elle sera aussi dotée en pistes pour le désenclavement des populations éloignées des centres urbains. A cet effet, le directeur national du Pudc a annoncé la construction de 250 km de piste en 2016.

« Une bénédiction du ciel »
Aujourd’hui, le désenclavement est devenu une réalité pour le village de Garanguel Maka, situé dans la commune de Bokiladji dans le département de Kanel. Une piste d’un peu plus de 12 km a été réalisée au grand bonheur des populations. L’importance de cette piste n’est plus à démontrer au vu de l’appréciation qu’en font les populations. «Avant, il était difficile voire périlleux d’évacuer des malades ou une femme enceinte, mais cette route est tout à fait bénéfique pour nous », souligne Dieynaba Amadou Bâ, une habitante de Garanguel Maka. Ousmane Soumaré, un jeune photographe de ce village renseigne que pendant l’hivernage, il était parfois impossible de faire correctement son travail compte tenu du mauvais état de la piste. Actuellement, l’espoir est né dans le cœur des populations. «Cette piste est une bénédiction qui tombe du ciel et j’apprécie la rapidité et l’efficacité de la réalisation», signale Alassane Mbaye Thiam, le maire de Bokiladji.
En dépit de la bonne appréciation de la piste par les populations, le directeur national du Pudc a parcouru les 12 km de linéaire avec d’autres techniciens, tout en relevant quelques dysfonctionnements par rapport à la construction des radiers qui, à terme, peuvent causer d’importants dégâts. L’entreprise en charge des travaux a tenu compte de l’ensemble de ses remarques et a promis de rectifier le tir au plus vite.
lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.