Le marathon international de la Petite Côte peut être « une bouée de sauvetage » pour le tourisme

La deuxième édition du marathon international de la Petite Côte, prévue du 25 au 27 novembre prochain peut être « une bouée de sauvetage » pour le secteur touristique a estimé, samedi, son coordonnateur, Robert Ndiaye.

« Si au fil des années, on arrive à avoir le même engouement que le marathon de New-York ou de Paris, en accueillant 55 000 personnes dont certaines vont loger dans les hôtels et d’autres vont rester même une semaine, il y aura des retombées économiques au niveau local », a estimé M. Ndiaye qui faisait face à la presse.

Robert Ndiaye a invité tous les maires des communes de la Petite Côte à comprendre que ce marathon est « un bel évènement culturel » qui va mobiliser une quarantaine de troupes artistiques.

« Culturellement, c’est un évènement extrêmement important, parce que le touriste qui va quitter l’Europe ou ailleurs pour venir ici trouvera, au-delà de l’aspect sportif, qu’on a beaucoup de choses à faire valoir. Et nous allons en profiter pour faire découvrir notre magnifique zone », a déclaré le coordonnateur dudit marathon, qui est organisé en partenariat avec la commune de Malicounda.

Les coureurs partiront de la station balnéaire de Saly-Portudal à Pointe-Sarène, en passant par Mbour, Mballing, Warang et Nianing, sur une distance de 42 kilomètres en aller et retour. Il y a aussi, outre les 42 km, des circuits de 21 km, 10 km et 2 km pour les enfants également.

ADE/PON / APS

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,313SuiveursSuivre
19,600AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :