Lutte-Tournoi TNT : Ama Baldé valide son entrée dans la cour des grands

Tnt de lutte ont connu des fortunes diverses au terme de cette compétition. Avec trois victoires en autant de sorties, Ama Baldé a certainement validé son passage dans le cercle restreint des ténors. Deuxième du tournoi, Tapha Tine a, dans l’ensemble, réussi une bonne performance. Quant à Gouye Gui auteur d’une seule victoire, il a raté l’occasion d’entrer dans la cour des grands. Bon dernier, Zoss a connu une véritable chute libre. Ses chances d’intégrer le cercle des « Vip » s’amenuisent davantage.

Ama Baldé, le grand gagnant

Attendu comme un potentiel vainqueur du tournoi de lutte de la Tnt, Ama Baldé n’a pas déçu ses supporters. Il a été à la hauteur des attentes. Mieux, le chef de file de l’école de lutte Falaye Baldé a été le grand gagnant de cette compétition. Il a remporté tous ses trois combats. Non sans y mettre la manière qui sied. On se rappellera toujours cette véritable leçon de lutte qu’il avait administrée à l’occasion de son face-à-face contre Tapha Tine, lors de la deuxième journée. Ce jour-là, le « géant du Baol », confiant comme à son habitude, n’avait rien vu venir. Tel un éclair, Ama était passé entre les mailles de ses longues jambes pour facilement prendre le dessus sur lui. Pris au dépourvu, Tapha Tine ne pouvait que constater les dégâts, comme ce fut le cas lors de son face-à-face avec Balla Gaye 2. Un chef d’œuvre !
Tout au long de cette compétition, Ama Baldé a affiché son envie de remporter le tournoi et montré qu’il a gagné en expérience et en maturité. En aucun moment, il n’a douté de lui, prenant à chaque fois les devants, en bon attaquant. Désormais, le fils de Falaye Baldé, brillant vainqueur de cette compétition, peut, en toute logique, revendiquer sa place parmi les ténors. A tout seigneur, tout honneur ! Et au lendemain de sa victoire sur Gouye Gui, il n’a pas tardé à réclamer Lac de Guiers 2, Modou Lô ou encore Gris Bordeaux pour ses prochaines sorties. « J’avais toujours refusé d’affronter Ama Baldé. Je n’ai eu de cesse de lui demander d’arrêter de me défier. Mais il continue à le faire. La sortie qu’il a faite me citant parmi ses potentiels adversaires me pousse à changer d’avis. Pour être bref, je suis prêt à me mesurer à lui. J’ai décidé d’affronter Ama Baldé à partir d’aujourd’hui. Je n’ai jamais voulu que ce combat se tienne, mais le lutteur de Pikine a cherché cette confrontation et il l’aura. Je veux ce combat en 2016 », a réagi Lac de Guiers 2 au défi que lui a lancé le frère de Jules Baldé. Le puncheur de Walo soutient également ne pas être l’égal du vainqueur du tournoi de la Tnt. « J’évolue un cran au-dessus de lui. Je n’allais pas le croiser parce qu’il y a un lien de parenté entre nous, mais du moment qu’il n’en tient plus compte, on va donc s’affronter », a-t-il conclu.
Pour l’écurie Fass, les choses sont simples : Ama Baldé doit d’abord passer par Papa Sow avant de vouloir prétendre affronter leur leader Gris Bordeaux.« Ama Baldé a lancé ses défis ; mais nous faisons comme si nous n’avons rien entendu. Il a fait un bon parcours dans le tournoi de la Tnt ; on n’en disconvient pas. Il est euphorique après ses prestations ; raison pour laquelle il défie Gris Bordeaux. Au niveau de Fass, on n’y pense même pas », soutient Abasse Ndoye le président de l’écurie. D’après toujours ce dernier, le fils de Falaye Baldé a raison de dire que les amateurs de lutte veulent un derby Fass-Pikine. Car ce sont toujours de belles affiches. « Mais dans ce cas, s’il y tient vraiment, il n’a qu’à défier Papa Sow. Si ce dernier accepte de l’affronter, on verra bien », a-t-il proposé. Selon Abasse Ndoye, Ama Baldé se trompe s’il croit qu’il a devancé Papa Sow.
« Il a toujours voulu croiser le Puma. On attendra de voir s’il dira oui. Pour ce qui est de Gris Bordeaux, il n’en est pas question. C’est la position de Fass ». Une position que partage le camp de Rock Energie concernant leur Leader Modou Lô. Ce dernier a fait une sortie dans la presse pour recadrer son jeune adversaire. Il a fait savoir, en effet, qu’il ne regarde pas dans le rétroviseur. « J’ai lutté avec des lutteurs plus coriaces qu’Ama. Pour l’heure, je ne peux pas le prendre comme adversaire. Je ne vais pas revenir en arrière. Il doit savoir que je ne suis pas son égal. On ne boxe pas dans la même catégorie ». De l’avais de « Kharagne Lô », Ama Baldé a encore un long parcours à faire avant d’espérer le croiser dans l’arène.

Tapha Tine, le retour ?
Comme Ama Baldé, Tapha Tine était considéré comme un potentiel vainqueur du tournoi de la Tnt. Son palmarès justifiait cette attente que ses supporters avaient à son endroit. Il y a quatre ans, il avait battu l’actuel « roi des arènes », Bombardier ; ce qui en disait long sur ses capacités de remporter cette compétition. Mais, sa défaite lors de la deuxième journée contre Ama Baldé l’a empêché de s’adjuger ce tournoi. Imprévisible, Tapha Tine a encore montré qu’il était capable du pire comme du meilleur. Avec deux succès à son actif dont une acquise lors de la 3ème et dernière journée aux dépens de Zoss, le « géant du Baol » peut tout de même espérer voir sa carrière prendre un nouvel élan.
Sa lourde défaite en 2013 face à Balla Gaye 2, à l’époque « roi des arènes », l’avait plongé dans les profondeurs de l’abysse et il avait passé une année blanche durant la saison suivante, à savoir 2013-2014. C’est dire que ce tournoi de la Tnt était pour lui pour une bonne occasion de se relancer dans la course. Pari réussi donc en dépit du revers concédé devant Ama Baldé, finalement grand vainqueur de la compétition. Fort de ses deux succès, il peut espérer ne pas chômer longtemps. Lors de cette dernière journée dimanche passé, il avait défié publiquement Balla Gaye 2 pour un combat revanche. Sauf qu’à l’heure actuelle, il a peu de chances de rencontrer le fils de Double Less. Obnubilé par la reconquête du titre, Balla Gaye ne devrait pas se hasarder à accorder une chance au porte-étendard de l’écurie Baol ; combat qui n’aurait aucun enjeu pour lui. Mais Tapha Tine pourrait trouver d’autres adversaires que le « lion de Guédiawaye ». Il peut légitimement réclamer un combat contre Bombardier, sous le prétexte d’une revanche. Un défi que devrait pouvoir accepter le « roi des arènes » qui a l’obligation de laver l’affront que lui avait fait subir le pensionnaire de l’écurie Baol. Gris Bordeaux, Eumeu Sène et Modou Lô constituent aussi de potentiels adversaires pour lui.

Gouye Gui, le passage raté
Le roi du « Simpi » n’avait cessé d’afficher son envie d’intégrer la cour des grands, défiant, à un moment même, les poids lourds Yékini et Bombardier.
Il devra repasser. Et pour cause, s’il a pu prendre sa revanche, avec la manière, sur Zoss en lui infligeant un retentissant KO, il a courbé l’échine face à ses deux autres adversaires, Tapha Tine et Ama Baldé. Deux défaites en trois sorties qui ont fini par lui fermer la porte des « Vip » ; en attendant un nouvel examen pour intégrer ce cercle restreint. Présentement, il n’a aucune chance de croiser le fer avec les ténors. Et ces derniers qui ne sont pas des enfants de chœur, ne lui tendront certainement pas la perche. Surtout qu’ils lorgnent tous la couronne de Bombardier. Comme son bourreau Ama Baldé, Gouye Gui devra prouver qu’il est à même d’affronter les « gros bras ». Il reste donc dans l’antichambre des ténors. Jeune, le poulain de Mor Fadam a encore le temps pour faire son introspection et se refaire une nouvelle santé.
Il devra également soigner son image, agir en professionnel, avec raison et non sous le coup de la colère, de l’impulsion et de la fougue.
Autant de défauts qui n’ont cessé de lui coûter cher. A l’antichambre des ténors, il devrait retrouver de potentiels adversaires comme Papa Sow, Baye Mandione, Boy Niang 2 etc.

Zoss, le purgatoire
Trois défaites en autant de sorties. Le parcours de Zoss dans ce tournoi a été catastrophique. Pire, la lanterne rouge de cette compétition a payé de sa chair son audace, face à des adversaires déterminés à le ramener à sa place. Après un KO reçu contre Gouye Gui, à l’occasion de la deuxième journée, le grand-frère de Garga Mbossé a été malmené puis battu à plate couture lors de la dernière journée par Tapha Tine. Sans oublier son revers de la première journée où il a été dominé sur tous les plans par Ama Baldé. Mais cette piètre prestation du Parcellois a-t-elle surpris les amateurs ? Handicapé par sa petite taille, le chef de file de l’écurie « Door Doraat » avait, en réalité, peu de chances de s’en sortir face à des géants décidés à se faire respecter. A l’image de Gouye Gui, il reste dans l’antichambre des ténors. S’il a peu de chances de rencontrer Papa Sow qui l’a battu à deux reprises, il peut compter, entre autres, sur Boy Niang 2 et Gouye Gui pour se refaire une nouvelle santé.
Reste à savoir s’il acceptera de donner une revanche à Boy Niang qu’il a battu, il y a trois ans, et d’affronter le poulain de Mor Fadam pour la quatrième fois de leur histoire. Vu sa taille relativement petite, les chances de Zoss d’intégrer le cercle prestigieux des « Vip » semblent minces.

Par Diégane SARR & Absa NDONG

LIGNES LIBRES
Un tournoi qui a grandi trop vite ?
Le tournoi Tnt de lutte en a mis du temps, mais il a fini par livrer ses ultimes verdicts, dimanche dernier avec le sacre d’Ama Baldé. Etalé sur deux saisons, il a failli un moment aller disputer sa « finale » en Gambie, avant de se trouver un créneau pour rester à Dakar. Sans compter les nombreux reports de la troisième et dernière journée qui devait initialement être disputée en fin de saison dernière. Tout laisse croire donc que les organisateurs ont eu de vrais soucis de tous ordres pour mener cette compétition à son terme. Le lancement de la Télévision numérique terrestre (Tnt) censée révolutionner le monde de l’audiovisuel au Sénégal valait bien tous les sacrifices, mais n’est-on pas allé trop vite en besogne ? A l’énoncé des noms des quatre gladiateurs appelés à se disputer les honneurs, le monde de la lutte avait bruyamment applaudi. Surtout qu’à la cérémonie de lancement, un des responsables avait parlé d’un budget « plus proche du milliard de francs que de 500 millions de francs ».
Ça nous changeait des « petits-frères » de ce tournoi, les « Arena Tour » qui, de 2011 à 2014, avaient regroupé des lutteurs pas très aguerris, pour ne pas dire des seconds couteaux. Mais tous avaient été menés à terme sans problèmes majeurs. Même la dernière édition de la série qui avait intéressé 32 lutteurs répartis en différentes poules et qui avait finalement consacré Mor Yékini aux dépens de Visa. La saison passée donc et malgré une arène nationale frappée par une certaine crise née de l’annonce du retrait des principaux sponsors et bailleurs de fond de la lutte, la Rdv n’avait pas hésité à plonger. C’était tout à son honneur. Sauf qu’à l’arrivée, elle semble avoir laissé des plumes dans l’opération, même si certains responsables de l’organisation que nous avons tentés de joindre ont préféré ne pas se prononcer « pour le moment ». Le temps peut-être de se remettre de leur indigestion à force de vouloir (se) servir plusieurs plats d’un menu des plus copieux.
On attend donc l’heure du bilan officiel et de savoir le sort qui sera réservé à cette compétition lancée l’année dernière, mais qui a eu le mérite de donner aux amateurs de lutte les premières grosses affiches de cette saison. Qu’importe si le feu d’artifice espéré comme apothéose, dimanche dernier, a tourné court. La faute à Zoss et à Gouye Gui qui n’étaient apparemment pas encore revenus de leurs longues vacances, la deuxième journée s’étant disputée en mai 2015.

B. Khalifa NDIAYE / lesoleil.sn

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,587SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :