L’utilisation du téléphone cellulaire pendant 1 heure par jour, augmente le risque de cancer de 500%

foto cerveauDe plus en plus d’études scientifiques démontrent la nocivité de l’utilisation des téléphones cellulaires, qui peuvent conduire à des problèmes de santé chroniques, dont le cancer ou des maladies neurodégénératives. Une nouvelle étude publiée dans la revue Biology & Medicine suggère qu’un mécanisme biologique pourrait expliquer comment ces problèmes de santé se développent.

L’étude a été menée par des chercheurs conjoints de l’université de l’Indiana et de Finlande, de l’université de Campinas au Brésil, et l’Institut de pathologie expérimentale d’oncologie et de radiobiologie de Kiev, en Ukraine. Selon le site, zejournal.com, les chercheurs ont découvert que l’exposition aux rayonnements radio fréquences (RFR) utilisés par les téléphones cellulaires et autres appareils sans fil provoque un déséquilibre métabolique connu sous le nom de stress oxydatif.

«Les données de cette nouvelle étude apportent un véritable éclairage des risques réels que ce type de rayonnements pose sur la santé humaine », a déclaré le co-auteur Igor Yakymenko. Les chercheurs classent normalement ces rayonnements en deux catégories: ionisant et non ionisant. Le rayonnement ionisant, qui comprend les rayons X, est connu pour causer des dommages à l’ADN pouvant provoquer l’apparition de cancer. Les rayonnements non ionisants, y compris ceux utilisés par les RFR, sont normalement considérés comme trop faibles pour endommager directement les cellules.

Néanmoins, des preuves commencent à émerger de partout que même ces rayons sont susceptibles d’augmenter considérablement le risque d’apparition de maladies graves dont le cancer ou des maladies neurodégénératives .En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer a officiellement classé les RFR comme «cancérogènes possibles».

Leur décision c’est appuyée sur un rapport d’étude internationale qui avait constaté un an auparavant que les personnes qui utilisaient un téléphone cellulaire depuis dix ans étaient 40 % plus susceptibles de développer des tumeurs cérébrales graves. Le risque était 400 % plus élevé chez ceux qui ont commencé avec les premiers téléphones portables. Cette étude financée par l’industrie, avait été ouvertement critiquée pour avoir sélectionné ses données d’une manière à minimiser le risque apparent de l’utilisation du téléphone cellulaire.

Actusen.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.