L’indice Ibrahim de la gouvernance africaine note un rétrécissement des espaces de liberté sur le continent

Rétrécissement des espaces de liberté en Afrique
Image d'illustration

L’Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIGA) fait état d’un rétrécissement de l’espace civique et politique

sur le continent africain, ce qui se traduit par une détérioration des indicateurs mesurant la participation de la société civile, les libertés d’association et de réunion, les droits et libertés individuels, et la liberté d’expression.

« De façon préoccupante, l’espace civique et politique enregistre en moyenne sur le continent un rétrécissement, avec une détérioration moyenne des indicateurs mesurant la Participation de la société civile, les libertés d’association et de réunion, les droits et libertés individuels et la liberté d’expression », souligne le rapport 2018 de l’IIGA dont l’APS a reçu copie.

« Si les composantes +sécurité individuelle et sécurité nationale+ continuent d’enregistrer en moyenne une détérioration au cours de la décennie écoulée, des signes encourageants apparaissent toutefois dans la dimension +Sécurité et État de droit+ », souligne le document.

« De façon positive, la dimension participation et droits humains a en moyenne progressé au cours de la décennie écoulée. Près de quatre citoyens du continent sur cinq (79, 6 %) vivent dans un pays où la situation s’est améliorée dans ce domaine. Toutefois, la tenue plus fréquente d’élections « libres et équitables » ne suffit pas à garantir un meilleur environnement participatif », indique-t-on de même source.

Selon l’IIAG, la composante État de droit est celle qui a le plus progressé au cours des cinq dernières années alors que celles relatives à la transparence et à la redevabilité enregistrent des progrès tout en restant parmi les catégories les moins performantes.

Les résultats de l’IIAG montrent que les facteurs clés de la performance en matière de gouvernance publique résident dans une attention particulière aux droits des citoyens et à la protection sociale.

Les scores de Gouvernance globale sont étroitement corrélés à ceux des indicateurs centrés sur les citoyens, notamment les droits de propriété, les droits et libertés individuels, la redevabilité gouvernementale et les politiques de protection sociale, estiment les auteurs de l’étude.

L’Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) fournit une évaluation annuelle de la qualité de la gouvernance dans les pays africains et est présenté comme la collection de données la plus complète sur la gouvernance en Afrique.
AKS/ASB / APS
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire