Mamadou Talla ouvre la 3ème Foire Régionale de l’Artisanat de Tambacounda

Le ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat, Mamadou Talla a procédé, samedi, à l’ouverture officielle de la 3-ème édition de la foire régionale de l’artisanat de Tambacounda qui se tiendra jusqu’au 7 avril, a constaté l’APS.

Axée sur le thème : « Artisanat et agriculture », cette troisième édition a enregistré la participation d’artisans de Matam, Saint-Louis, et Louga et présenté une diversité de produits, allant de l’alimentaire au textile, en passant par le textile, le matériel agricole, la bijouterie, la sculpture, la cordonnerie, entre autres.

M. Talla qui était accompagné de responsables de son ministère, dont le directeur de l’Agence pour la promotion et le développement de l’artisanat (APDA), a salué l’organisation de cette foire dont l’objectif majeur demeure la « mise en relief des immenses potentialités économiques, sociales et culturelles de cette belle région ».

« Cette importante manifestation qui réunit les acteurs de la formation professionnelle, de l’apprentissage, de l’artisanat (….) s’inscrit désormais dans le calendrier des évènements annuels de notre département », a relevé Mamadou Talla.

Il n’a pas manqué de saluer les efforts déployés pour faire de cette exposition un espace d’échanges entre acteurs venant de toutes les régions du Sénégal, non sans louer par ailleurs la « compétence, la disponibilité et l’engagement désintéressé » du président de la chambre des métiers de Tambacounda, Abdoulaye Sarr, initiateur de cette manifestation.

Mamadou Talla s’est également félicité de la présence du président de l’Union nationale des chambre de métiers, Maguette Mbow et des membres du bureau, présents depuis vendredi, dans la commune de Tambacounda, dans le cadre d’une tournée nationale. Ce qui lui a fait dire qu’ »aujourd’hui, Tamba est la capitale de l’artisanat du Sénégal ».

L’artisanat joue un rôle important dans l’économie du pays, contribuant significativement à la lutte contre la pauvreté, a-t-il dit. Il contribue au développement des secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, dont les artisans assurent la production, l’entretien et la maintenance du matériel.

Le président de la chambre des métiers de Tambacounda, Abdoulaye Sarr a, dans le même sillage, expliqué que « l’interdépendance entre les deux secteurs justifie le choix de ce thème », dans une région dont l’économie est de type rural et où « 40% de la population active travaille dans le secteur de l’artisanat ».

Il a saisi l’occasion pour évoquer le manque de formation des artisans, les difficultés d’accès aux matières premières, au foncier et la faiblesse des moyens alloués pour leur encadrement.

M. Sarr a, dans le même moment, souhaité la construction du centre polyvalent prévu au sein de la chambre des métiers, ainsi que de centres de formation artisanal (CFA).

L’harmonisation des interventions des artisans, en articulation avec la chambre des métiers est un autre chantier pour lequel il a souhaité l’appui du ministre et du gouverneur, pour un « rayonnement de l’artisanat dans la région ».

L’artisanat « figure en bonne place dans le Plan Sénégal émergent », notamment en son axe 1 consacré à la transformation structurelle de l’économie et de la croissance, a souligné Mamadou Talla.

La position carrefour de Tambacounda, sur les routes qui mènent vers les pays voisins, les ressources de sa faune et de sa flore, lui confèrent des atouts pour le développement de certaines filières comme la mécanique auto, la menuiserie mécanique, la menuiserie bois, la sculpture, la poterie, la céramique et la transformation des fruits et légumes, des produits laitiers, etc., a estimé l’officiel.

Le ministère de l’Artisanat s’engage à accompagner la formation perfectionnement des artisans, à valoriser ce riche potentiel à travers la mise à disposition de « financements suffisants et adaptés », a-t-il assuré.

Dans ce cadre, une ligne de financement destinée aux artisans « à des conditions souples et adaptées, c’est-à-dire, sans apport et sans garantie », a été mise en place à Tambacounda, a-t-il annoncé.

Il a invité les acteurs à déposer leur demande à l’ACEP, « sous la supervision de la chambre des métiers, du gouverneur », relevant qu’il s’agit là d’une « ligne de financement qui correspond au secteur ».

Il a aussi annoncé la construction cette année du centre polyvalent tant attendu par la région.
ADI/PON / APS

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,427SuiveursSuivre
19,900AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :