La Senelec reçoit 49 milliards de CFA de la BEI, pour la modernisation de ses installations

Senelec
Image d'illustration

Au mois de novembre dernier, le Sénégal et la Banque européenne de développement (Bei) signaient un accord de financement de 75 millions d’euros, soit 49 milliards de FCfa. Un financement rétrocédé par le gouvernement à la Société national d’électricité du Sénégal (Senelec) sous forme de don pour lui permettre de financer son projet de modernisation de son réseau de transport et de distribution d’électricité. Il ne restait qu’à signer l’accord définissant les axes de coopération entre la Bei et Senelec. Hier, les deux parties ont procédé à cette signature.

Ces investissements s’inscrivent dans le Programme national d’urgence d’électrification rurale (Pnuer) mis en place par les autorités sénégalaises et repris dans le Projet d’appui au secteur de l’électricité (Pase) financé par la Banque mondiale, a indiqué le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé. « Avec ce programme, il s’agit de renouveler les équipements vieillissants, de construire ou moderniser des sous-stations pour répondre à la demande croissante, d’améliorer la qualité et la fiabilité de l’approvisionnement en électricité et de raccorder de nouveaux abonnés au réseau », a-t-il précisé.

Ledit programme comprend également l’interconnexion de plusieurs réseaux actuellement isolés ainsi que l’électrification de zones rurales dans la région de Casamance mais aussi la densification et l’extension du réseau électrique, la modernisation des installations et d’équipements essentiels à la distribution d’électricité et l’installation de compteurs prépayés dans plusieurs villes notamment Dakar, Vélingara, Dabo. M. Cissé a rappelé qu’en plus du prêt de la Bei, l’Union européenne a consenti une subvention de 12 millions d’euros, soit 8 milliards de FCfa pour appuyer ce projet.

Cette signature constitue, de l’avis de Jaime Barragan, chef d’unité pour l’Afrique de l’ouest et du centre de la Bei, un nouveau jalon dans la « coopération dynamique entre la Bei et le Sénégal ». En 2016, la Bei a approuvé, en faveur du Sénégal, des crédits avoisinant 130 milliards de FCfa. Pour 2017, une première approbation d’un crédit de 14 milliards de FCfa (22 millions d’euros) pour le projet de construction du pont de Rosso a été faite au bénéfice du Sénégal. Et cela témoigne, selon lui, « du dynamisme des activités de la Bei au Sénégal ».

En avril 2013, le Pase a démarré ses activités. Financé par la Banque mondiale avec une contrepartie financière de l’Etat du Sénégal, il a connu une extension et l’arrivée de nouveaux bailleurs, selon son responsable administratif et financier, Mor Diop. Le niveau d’engagement des partenaires financiers atteindra, à termes, un montant de 158 millions d’euros équivalant à 104 milliards de FCfa, a souligné M. Diop.

Elhadji Ibrahima THIAM / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.