La production de mangue au Sénégal crée 12000 emplois et 16 milliards de F CFA de revenu annuel d’exportation

La production de mangues en Casamance (sud), dans la zone centre et celle de la Grande Niayes

génère 12.000 emplois et un revenu annuel d’exportation de plus de 16 milliards de francs CFA, a révélé le chef de la division législation phytosanitaire à la Direction de la protection des végétaux (DPV), Abdoulaye Ndiaye.

« La filière mangue assure 12.000 emplois pour un revenu annuel d’exportation de plus de 16 milliards de FCFA », a-t-il indiqué, mardi, lors d’une visite du directeur de la protection des végétaux dans des périmètres d’exploitation horticoles du département de Rufisque et de la région de Thiès.

Abdoulaye Ndiaye a rappelé que le Sénégal fait partie des premiers pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à avoir présenté avec « satisfaction » un dossier intégrant les mesures de contrôle et des éléments garantissant l’absence des mouches des fruits dans ses mangues, conformément à la nouvelle réglementation européenne.

Sans ces mesures, dit-il, il « n’aurait pas pu exporter, cette année, sur le marché européen, alors qu’il bat depuis trois ans des records d’exportation de mangue pour 17 mille tonnes en 2017, 21 mille tonnes en 2018, 19,5 mille tonnes en 2019 et près de 15 mille tonnes en 2020 dans le contexte de la Covid-19 », a expliqué l’expert.

Il a assuré que pour la résilience du système de contrôle et la continuité des activités, un guide des bonnes pratiques d’hygiène destiné à prévenir la propagation du coronavirus dans le sous- secteur horticole a été élaboré et validé par la Direction générale de la santé, puis diffusé largement.

Selon lui, les dispositions du guide sont d’application obligatoire pour bénéficier d’une inspection et d’une certification des produits.

« A mi-parcours de la campagne export 2021, on constate une tendance haussière aussi bien en termes de volumes exportés que de la qualité sanitaire et phytosanitaire », a-t-il assuré.

Plusieurs exploitants et promoteurs ont vanté le potentiel économique du seceur horticole et les opportunités qu’il génère en termes de création d’emplois.

De nombreux spécialistes et experts de la Direction de la protection des végétaux ainsi que des acteurs et partenaires du secteur horticole ont pris part à cette visite.
SG/ASG/BK
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.