Kédougou: la commune de Saraya a été le théâtre d’un exercice de simulation d’une attaque terroriste

Comme si tout était une véritable attaque terroriste contre la population de la commune de Saraya,

frontalière au Mali, l’ensemble des forces de défense et de sécurité s’est donné rendez-vous le samedi 23 octobre 2021 dans cette commune pour procéder de concert avec la communauté à un exercice de simulation d’attaque jihadiste. Organisée par l’administration territoriale avec l’accompagnement de l’Organisation Internationale des Migrations (O.I.M.), cet exercice de simulation a pour but d’alerter les populations frontalières sur d’éventuels cas d’attaques terroristes qui pourraient se déclarer.

Durant cette activité, les jeunes et les femmes de Saraya ont dignement joué leur rôle de citoyens conscients de participer à l’appui de forces de défense et de sécurité pour échapper au fiasco de l’ennemi. Du coup, deux groupes ont été formés par la communauté majoritairement dominée par la jeunesse, pour constituer une équipe de terroristes et une autre de réfugiés mêlés avec quelques terroristes et trafiquants de drogue.
Dans la foulée, le premier groupe de terroristes a pris un bus en otage chargé de passagers mineurs et de femmes enceintes entre autres pour demander en contre partie de la rançon. C’est ainsi que la gendarmerie est intervenue pour procéder à des négociations, puis à la neutralisation des terroristes après une rude résistance de ces derniers.
Dans le bus se trouvaient des enfants, des femmes enceintes qui était pris en otage pour satisfaire leurs doléances.

Dans l’autre équipe, se trouvaient des maliens et nigériens marcheurs en provenance d’une zone en proie au terrorisme qui ont d’ailleurs subi des tortures et blessures qui sont arrivés avec quelques terroristes infiltrés et un trafiquant de drogue arrêtés par la police des frontières. Parmi eux d’autres ont réussi à s’échapper.
Cette simulation a été réalisée grâce à l’appui de l’O.I.M. qui en a fait au niveau d’autres régions frontalières du Sénégal. Et c’est à sa chargée de projet Nadège d’expliquer le but recherché dans ces exercices entamées au Sénégal depuis 2015.
« Comme vous le savez, l’O.I.M. et les Nations Unis tavaillent dans l’immigration et cette activité entre dans le cadre de programmes qui sont mis en oeuvre par l’O.I.M. notamment dans le contexte de l’immigration et de la gestion des frontières. Particulièrement, l’activité d’aujourd’hui vise à renforcer l’engagement des communautés dans la gestion et la sércurité des frontières. Donc un exercice de crise qui pourrait en temps réél conduire à un déplacement massif de populations de l’extérieur du Sénégal en passant par les frontières ici à Saraya. C’est donc une opportunité et une occasion de tester la collaboration entre les services qui sont impliqués dans la gestion des frontières selon le plan de contingence en cas de crise et aussi l’engagement des communautés et leur rôle, car souvent elles ne sont pas considérées comme des acteurs » a-t-elle fait savoir.

La cérémonie a été présidée par le Gouverneur de la région de Kédougou Saër NDAO qui est revenu sur la perspicacité de cette simulation.
« Ce matin nous avons été alertés d’un aflux massif de personnes qui venaient vers le Sénégal, les éléments de la police des frontières ont détecté ce mouvement de foule et ils ont alerté rapidement le Préfet de Saraya qui a mis en place une cellule de crise qui a remonté jusq’au niveau régional, que l’Etat major de crise nous a permis de gérer. Et au fur et à mesure qu’on gérait cette crise, on s’est rendu compte qu’il y’a eu une infiltration qui nous a permis de comprendre rééllement qu’il y’avait une attaque terroriste à l’intérieur qu’on a pu juguler grâce à l’appui des forces qui ont été mises en place. Donc nous allons remercier aussi la croix rouge parce que dès l’instant que l’alerte a été donnée elle a pris en main les choses avant que les sapeurs pompiers de Kédougou ne soient là. La gendarmerie a pu anéantir l’ennemi, les repousser et rassurer les populations pour rétablir l’ordre qui était un peu perturbé » a indiqué le Gouverneur de région.

Selon lui, le but visé dans cette simulation c’est de préparer la région, se mettre dans une situation réélle pour ne pas être surpris. « Tester les capacités de réaction de nos forces de défense et de sécurité, mais tester la capacité d’organisation en matière de gestion de crise des autorités du département et de la région. C’est ce qu’on voulait mettre à l’épreuve et on a pu quand même voir rééllement les états d’esprit. Mais l’avantage de cet exercice nous permet de déceler quelques défaillances et mettre à nu les manquements que nous devons plus tard combler » a-t-il laissé entendre.

Il a vivement remercié l’ensemble des forces de défense et de sécurité pour leur abnégation dans le maintien de la sécurité territoriale sans omettre les communautés, les journalistes qui ont tous joué un rôle déterminant dans cette simulation. M. NDAO a fait savoir à l’O.I.M. le besoin de continuer à accompagner dans la pérennisation de ce genre d’actions au niveau des frontières pour pouvoir maintenir la sécurité mais surtout prévenir les attaques terroristes dans ces endroits.
Cheikhou KEITA
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.