Kédougou : Un CRD tenu sur l’application de la loi interdisant les sachets plastiques

Adoptée en 2015, la loi N° 2015/9 du 4 Mai 2015 relative à l’interdiction de production, de l’importation, de la détention, de la distribution

et de l’utilisation des sachets plastiques à faible micronnage et à la gestion rationnelle des sachets plastiques a fait l’objet d’un CRD le jeudi 12 Septembre 2019.
Convaincue de la complexité de la loi surtout du point de vu de son application, l’autorité a instruit sa vulgarisation pour se débarrasser des sachets plastiques facteur de dégradation des terres, du cheptel, des plantes mais surtout d’insalubrité dans les communes.

Plusieurs acteurs ont été conviés à ce CRD dont l’administration territoriale, les forces de défense et de sécurité, les agents des services de l’Etat, les chefs religieux, les GPF et les élus entre autres. L’importance de la mobilisation des différents acteurs est d’informer tous sur la mesure prise par l’autorité et ensemble, de mener le combat pour éliminer les sachets plastiques afin de promouvoir la santé des populations.

Pour avoir un aperçu global de cette loi, et les sanctions pénales qui la sou tendent, le chef de service de la direction régionale de l’environnement et des établissements classés Pathé Dièye, a de prime abord présenté un exposé pour imprégner les participants et de réfléchir sur sa mise en œuvre.
C’est ainsi que beaucoup d’intervenants ont mis l’accent sur les moyens d’accompagnement à savoir le matériel de détection appelé le micromètre pour mesurer l’épaisseur des sachets qui feront l’objet de saisie.

Dans le même sillage, l’ensemble des acteurs ont pointé du doigt la sensibilisation des communautés plutôt que de procéder à l’application immédiate de la loi. Tout compte fait, la loi est déjà en vigueur même sans mesures alternatives et le commissaire aux enquêtes économiques, adjoint au chef de service régional du commerce Sidy Camara admet l’indulgence quant à l’application de la loi, qui stipule qu’un jet volontaire de sachet plastique peut conduire à une pénalité de 10.000 à 30.000f cfa.

Selon M. Camara, « il faut être parfois indulgent sachant les réalités culturelles avec le niveau de vie des populations de la région » a-t-il indiqué.
Présidant le CRD, l’adjoint au gouverneur, chargé des affaires administratives Jean Paul Mary Faye a laissé entendre que; « les gens s’en passent des sachets plastiques ». Dans cet élan, M. Faye acquiesce pour la communication et la sensibilisation des communautés pour un changement de comportement.
Pour ce faire, il a donné un certain nombre de recommandations dont:
La Sensibiliser dans les lieux publics comme au marché et dans les lieux de cultes
Organiser des randonnées pédestres

Promouvoir l’éducation environnementale afin d’inculquer aux enfants la notion d’interdiction des sachets plastiques entre autres. Mais toujours selon le gouverneur, l’accompagnement matériel doit venir de l’Etat car il faut des micromètres pour la détection. Les maires poursuit-il, doivent mettre des poubelles dans la ville surtout au stade. C’est ainsi qu’il a attiré l’attention de l’inspecteur des sports sur le fait et ce dernier entend saisir l’ORCAV sur la situation.

Ainsi, avec l’article 9 de cette loi continue M. Faye le contrôle doit être de mise avec le concours de la police judiciaire, le service du commerce, la douane, le service d’hygiène, le service de l’environnement et la gendarmerie entre autres pour sécuriser avec des opérations combinées.
Qui plus est, le gouverneur a exhorté les préfets de tenir dans leurs circonscriptions des CDD pour sensibiliser les populations étant donné que la région est frontalière à d’autres pays. Dans la sensibilisation, il n’a pas laissé en rade les communicateurs traditionnels.
Cheikhou KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.