Kédougou a abrité la 8ème édition de la journée nationale du fonio

C’est dans une liesse totale que la journée du fonio a été célébrée le samedi 25 novembre 2017 à Kédougou.

Le thème retenu cette année: « le fonio, un levier pour le développement de l’initiative entrepreneuriale ». A cette grande cérémonie qui consiste à valoriser la céréale, différents acteurs du réseau de la filière fonio des régions de Sédhiou, Kolda, Tambacounda Kédougou et même de la ville de Koundara en république de Guinée ont honoré cette journée de leur présence.

A l’unanimité, tous ces acteurs ont reconnu la perspicacité de cette céréale oh combien importante pour la vie de l’individu, tant au plan nutritif que sanitaire. Au cours de cette cérémonie, les vertus du fonio ont été dénombrées par les acteurs. « Il soigne plusieurs pathologies telles que: la diarrhée, facilite les accouchements douloureux des femmes, lutte contre la constipation, le diabète et est utilisé en cas de luxation ou entorse entre autres », a indiqué le poème d’un grand acteur de la filière, Tama Bindia.

Selon le président du comité national d’organisation (CNO), Sanoussi Diakité, par ailleurs directeur de l’ONFP et inventeur de la machine décortiqueuse de fonio, la céréale n’existe qu’en Afrique de l’ouest.
« Nous sommes là pour célébrer le fonio et non une personne ou une institution et nous devons valoriser cette céréale. Le fonio est un produit de chez nous, il n’existe nulle part dans le monde qu’en Afrique de l’ouest. Mais il est important de savoir que nous sommes aussi dans un village planétaire et la filière est menacé car d’autres qui commencent à s’intéresser à celle-ci ».

M. Diakité a exhorté les autorités du pays à considérer davantage le fonio, en décentralisant sa culture sur l’ensemble du territoire national, tout en encadrant les producteurs. « Les machines que j’ai inventées ne sont que des instruments au service du fonio », a-t-il fait savoir. «Pour améliorer la production fonio, il faut de la volonté. Et s’il y a la volonté on peut passer de 5000 à un million de tonnes par an », a-t-il poursuivi.

Le PADAER a considérablement contribué à l’amélioration de la production, en appuyant pour la mise en place des intrants, la multiplication des semences, les opérations de post récoltes, la commercialisation et l’appui conseil. D’ailleurs, c’est ce qui a permis d’emblaver plus de 300 ha et d’obtenir plus de 440 tonnes de fonio de 2015 à 2017.

En l’absence du ministre de l’agriculture et de l’équipement rural, Dr Papa Abdoulaye Seck, et du parrain de la journée, Abdoulaye Diop, ministre de l’emploi, de l’insertion professionnelle et de l’intensification de la main-d’œuvre, c’est le gouverneur de région William Manel qui a présidé la cérémonie. Il a indiqué que l’indépendance la plus importante est celle alimentaire.

Et c’est dans la même veine qu’il a rappelé les objectifs du PSE avec le PRACAS qui valorise l’ensemble des spéculations qui contribuent à l’amélioration de la production alimentaire au Sénégal. Il a remercié l’ensemble des acteurs de la filière fonio. « Le fonio l’alimentation la plus savoureuse », a-t-il martelé. Dans les différentes allocutions, tous ont rendu un hommage particulier à Aissatou Aya Ndiaye l’une des femmes sénégalaises qui a très tôt compris l’enjeu du fonio, faisant la promotion de cette céréale locale au Sénégal et dans la sous région.
CHEIKHOU KEITA : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,514SuiveursSuivre
20,100AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :