Kédougou : La journée de l’arbre célébrée au quartier Fadiga

C’est dans une ambiance festive que la délégation du gouverneur a été accueillie

, le dimanche 6 Août 2017, au quartier Fadiga qui a abrité la journée nationale de l’arbre. A cette occasion, les autorités administratives locales, les élus et la population de Kédougou ont uni leurs forces derrière le service des eaux et forêt pour célébrer la journée de l’arbre. Le thème de cette année : « l’arbre au cœur de la planification stratégique territoriale» a pour slogan «plants d’aujourd’hui, forêts de 2035». Cette journée marque le démarrage officiel de la campagne nationale de reboisement.

L’importance de la célébration de cette journée est de rappeler aux populations, les dangers qui guettent la forêt et l’environnement avec l’exploitation abusive des ressources forestières comme le bois. C’est pourquoi le focus a été mis cette année sur « le Pterocarpus erinaceus » communément appelé « le Venn ».

« Cet arbre est d’une qualité vitale et ses immenses vertus bienfaisantes sont inépuisables et loin d’être toutes connues par l’homme, pour la satisfaction de ses besoins en biens et services », a laissé entendre le colonel Malan Kidiéra, inspecteur des eaux et forêt de Kédougou.
Le colonel Kidiéra et le gouverneur de région William Manel ont saisi l’occasion, pour attirer l’attention de la population sur l’importance de protéger la forêt avec toutes ses espèces.
« Pour rappel, Fadiga est un ancien village de reclassement social des personnes atteintes de la maladie de la lèpre. Et c’est dans ce contexte que les anciens avaient bénéficié d’une faveur par l’entremise de l’Etat, à travers l’exploitation du charbon de bois, comme source de revenu ». Dans son discours, le colonel Kidiéra n’a pas caché son désaccord de laisser la population à continuer d’exploiter le bois pour en faire du charbon. « La maladie n’est plus qu’une question de souvenir pour la plupart des habitants», a-t-il poursuivi.

« L’arbre et la forêt doivent nous amener à méditer, pour donner le meilleur de nous même, afin de relever les défis et les enjeux que posent la préservation durable de la nature et de l’environnement. En effet il y a encore de la forêt à Kédougou, ce qui classe notre région comme l’un des derniers bastions forestiers du Sénégal. Et c’est la seule zone éco-géographique où on peut trouver à l’état naturel la grande faune comme l’antilope Koba, aujourd’hui chassée dans la falémé», a-t-il dit. L’inspecteur des eaux et forêt a invité la population à lutter contre l’exploitation anarchique de bois, surtout avec l’orpaillage artisanal qui est une pratique très néfaste à la forêt et à l’environnement.

Le gouverneur de la région, William Manel, a dans le même sillage, reconnu que «la journée de l’arbre est instituée depuis plus de trois décennies au Sénégal. Elle est célébrée chaque année au premier dimanche du mois d’Août sur toute l’étendue du territoire national. Celle-ci marque l’ouverture de la campane nationale de reboisement ». A en croire le chef de l’exécutif régional, elle vise à sensibiliser davantage les populations, aussi bien rurales qu’urbaines, sur l’importance du reboisement et les énormes vertus de l’arbre pour l’homme, le bétail et pour l’environnement.

Qui plus est, il a fait savoir que la région de Kédougou est confrontée à certaines pratiques nuisibles comme l’orpaillage traditionnel, les feux de brousse, le braconnage entre autres qui demeurent les plus grands facteurs de la dégradation des sols et de la végétation, entrainant une déformation des paysages agraires et forestiers.

Mais force est de constater que face à ces fléaux, les forces de défense et de sécurité, particulièrement les services forestiers, se sont érigés en barrières, en abattant un travail remarquable qui leur a valu des résultats satisfaisants, a indiqué le gouverneur.
Il a exhorté tout le monde à la protection de la forêt pour minimiser les effets négatifs qui sont d’ordre climatiques et environnementaux.
CHEIKHOU KEITA : actuprime.com

Laisser un commentaire