Jour du dépassement : L’humanité a épuisé ses ressources renouvelables pour 2019

Ce lundi 29 juillet marque symboliquement le jour du dépassement.

Selon l’ONG Global Foodprint Network, cela veut dire que nous avons épuisé toutes les ressources renouvelables de la planète pour 2019. Depuis 50 ans, ce jour tombe de plus en plus tôt.

À partir de ce lundi, l’humanité vit à crédit. Elle a pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres, cultivé plus de terre et utilisé plus d’eau que ce que la planète peut lui offrir au cours d’une année. Elle a aussi émis des quantités importantes de gaz à effet de serre que les océans et les forêts ne sont plus en mesure d’absorber et qui restent dans l’atmosphère aggravant le réchauffement climatique.

Sans surprise, ce sont les pays développés qui dévorent le plus de ressources. Et les calculs sont sans appel : si toute la population mondiale vivait comme les Américains, se déplaçant en avion et en voiture et mangeant beaucoup de viande, il nous faudrait 5 planètes comme la Terre, si elle avait le même style de vie que les Français, presque 3 planètes seraient nécessaires.

Pourtant Arnaud Gauffier, co-directeur des programmes à WWF France considère au micro de RFI que l’avancée de cette journée du dépassement dans le calendrier n’est pas inéluctable : « On a des pays qui s’en sortent plutôt bien et qui ont une date du jour du dépassement à la fin de l’année. Par exemple, les équatoriens ont cette journée le 26 décembre. Ils vivent dans les limites d’une planète, ce qui n’est pas du tout le cas pour nous. »

« Dette écologique »

« On parle souvent du fait qu’on vit à crédit au niveau financier, en réalité, le plus grand problème pour l’humanité, ce n’est pas la dette financière, c’est la dette écologique parce que l’argent, c’est une construction sociale mais les limites de la nature, c’est extrêmement concret », s’est inquiété le secrétaire national d’EELV, David Cormand, chez nos confrères de Franceinfo.

« Pour la première fois le jour du dépassement est maintenant en juillet. Il continue de remonter car nous creusons chaque année un peu plus notre dette écologique. L’Europe doit en faire beaucoup plus dans les 5 prochaines années. Ce sera mon combat au Parlement européen », a réagi sur Twitter Pascal Canfin, élu en mai eurodéputé sur la liste LREM et président de la commission Environnement du Parlement européen.

Autre constat : depuis 50 ans, l’humanité dépasse de plus en plus tôt les limites des ressources de la Terre. Dans les années 70, le jour du dépassement tombait en novembre, il y a 20 ans fin septembre, l’année dernière, le 1er août.
rfi.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.