Les importations d’oignon reprendront le mercredi 16 août, pour assurer l’approvisionnement du marché durant la Tabaski

Les importations d'oignon
Image d'illustration

Le gel des importations d’oignon sera levé à partir du mercredi 16 août.

L’annonce est du directeur général de l’Agence de régulation des marchés (Arm), Mamadou Abdoul Sy. Il présidait hier, vendredi 11 août, une réunion d’évaluation avec les acteurs évoluant dans la filière notamment les producteurs, les importateurs, les commerçants et les consommateurs.

Depuis quelques temps, une pénurie d’oignon est notée au niveau des marchés, sur l’ensemble du territoire national, entrainant du coup une flambée des prix de l’oignon local qui est vendu entre 600 et 700 francs le kilogramme. Pour parer à toute éventualité et afin de permettre un bon approvisionnement du marché durant la fête de Tabaski, l’Etat a décidé d’autoriser les importations d’oignon à partir du mercredi 16 août. L’annone a été faite par Mamadou Abdoul Sy, directeur général de l’Agence de régulation des marchés (Arm) hier, vendredi 11 août, lors d’une réunion tenue avec l’ensemble des acteurs évoluant dans la filière oignon notamment les producteurs, les commerçants, les importateurs et les consommateurs.

«Nous avons noté au niveau du marché une baisse des stocks qui, en une semaine, sont passés de 1775 à 424 tonnes et les prix qui ne cessent d’augmenter. Pire, dans certaines zones, l’oignon devient introuvable. Etant donné que nous sommes dans un cadre de partenariat entre les producteurs et les commerçants importateurs, les producteurs avaient demandé un délai de 10 jours pour aller jusqu’au 20 août, mais finalement on a coupé la poire en deux en décidant de l’ouverture du marché à partir du mercredi 16 août», a-t-il fait savoir.

Répondant à l’Union nationale des consommateurs du Sénégal (Uncs) qui avait suggéré à l’Etat de fixer un prix plafond pour l’oignon pour éviter toute spéculation sur le marché, Mamadou Abdou Sy soutient: «vu qu’il y a diverses sources d’approvisionnement, on ne peut pas fixer le prix. Mais les commerçants se sont engagés à bien ravitailler le marché avant la Tabaski. Et, quand la demande sera supérieure ou égale à l’offre, le prix va certainement baisser. L’homologation est un long processus. Il existe un décret qui énumère les matières qui sont soumises à l’homologation. Parmi ces produits, l’oignon ne faisant pas partie, donc on ne peut pas régler ce problème en 4 jours».

Le directeur général de l’Arm estime que le Sénégal est autosuffisant en oignon. Par contre, c’est le stockage qui pose un énorme problème. «Si on raisonne en termes de quantité, on peut dire que le Sénégal est autosuffisant en oignon, mais on n’a pas de magasins de stockage suffisants pour éviter les pertes de stocks post-récolte», indique-t-il. Dressant un bilan de la campagne de cette année, M. Sy relève une insuffisance de l’engrais et une faiblesse des rendements. Avant d’ajoute que des producteurs ont également décrié la qualité des semences.
sudonline.sn

Laisser un commentaire