Gouloumbou, commune de Missirah : hydraulique et assainissement Adjaf et environs étrennent leur nouveau forage

Le nouveau forage d'Adjaf
Image d'illustration

Le forage d’Adjaf dans la commune de Missirah, région de Tambacounda, vient d’être inauguré par Mansour Faye

, ministre en charge de l’hydraulique et de l’assainissement. Un grand bonheur pour les milliers d’âmes qui viennent de voire leur vielle doléance des années 1980 se réaliser.

L’eau est source de vie, l’assainissement, la dignité. Et dans la zone des bananeraies de Gouloumbou, les populations de Adjaf, Sankagne, Saré Boubou, et de Saré Maledi n’ont pas manqué de manifester toute leur joie et satisfaction après la mise en service, par Mansour Faye ministre de l’hydraulique et de l’assainissement, du puissant moteur du tout nouveau ouvrage hydraulique.

Ce joyau qui vient d’être étrenné, met ainsi fin à une vielle doléance des années 80. Ce nouveau système d’alimentation en eau potable touchera les quelques quatre mille habitants qui se réveillent dans cette partie du Sénégal. Il s’agit d’un système d’alimentation composé d’un forage, d’un château d’eau et d’un réseau de distribution d’une capacité de 100 m3 réalisé à partir du programme Pepam-UE.

Avec la réalisation de ce forage, ce sont les corvées matinales autour du puits qui vient de prendre fin, s’est réjouie Mariama Konaté. A travers elle, ce sont les femmes de la zone des bananeraies qui ont étalé toute leur satisfaction et joie. « Au moins notre plus grand soucis vient de connaitre une issue heureuse
Toutefois, Mansour Faye a demandé aux populations bénéficiaires d’en faire un bon usage par une bonne gestion. Le coût de la réalisation du forage tourne autour de 160 millions de francs CFA.

Le programme Pepam-UE est un projet du gouvernement qui intervient dans les zones rurales des régions Tambacounda, Sédhiou et Kolda, les plus affectées par le faible taux d’accès à l’eau potable, un assainissement inadéquat et des conditions d’hygiène insuffisantes. Il consiste en la réalisation de 50 systèmes d’adduction d’eau potable pour un cout global d’environ 18 milliards de francs CFA sur les ressources non remboursables du 10eme FED. Ce programme vient s’intégrer dans un vaste projet qui vise le taux d’accès universel en eau potable à l’horizon 2021 afin de régler de manière définitive les disparités entre milieux urbain et rural.
Adama Koné : actuprime.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire