« Le franc CFA présente plus d’avantages que d’inconvénients », selon le ministre Amadou BA

Le franc CFA

Le franc CFA présente plus d’avantages que d’inconvénients pour les pays membres de la zone de l’Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA) a soutenu, dimanche à Dakar, le ministre de l’Economie , des Finances et du Plan, Amadou Ba.

(…) Nous avons une croissance moyenne de 6,8% au niveau de l’UEMOA. Et nous sommes dans un horizon de convergence pour ce qui concerne le déficit budgétaire, nous serons à 3% dès l’horizon 2019 avec une inflation maîtrisée », a-t-il expliqué.

Le ministre sénégalais s’exprimait en marge de la visite de son homologue français Michel Sapin, à la maison du Train Express Régional située à l’ancienne gare ferroviaire de Dakar.

« Il n’y a pas de honte à avoir une monnaie commune », déclare Amadou Ba, citant l’exemple de l’Union européenne avec sa monnaie, l’Euro.

Selon lui, « il n’y a pas un pays sous développé ou un pays qui aspire à l’émergence, dont la monnaie n’est pas définie par rapport à une monnaie internationale reconnue ».

« Ce n’est pas possible !, s’est-t-il exclamé, renseignant que « les monnaies de nos pays sont reconnues par rapport à l’euro, au dollar…, une condition pour être membre du fameux comité international ».

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan a par ailleurs fait savoir que « tous les outils montrent aujourd’hui que la parité du FCFA est exactement ce qu’elle devrait être ».

Il également martelé qu’ »une dévaluation n’est pas à l’ordre du jour dans le moyen terme ».

« Le franc CFA, c’est la monnaie des Africains (…), une monnaie qui a été construite par les Africains pour les Africains et qui est gérée aujourd’hui par les Africains », a pour sa part déclaré, Michel Sapin.

« L’avenir de ce francs CFA, c’est l’avenir que voudront les pays, les nations qui sont membres de cette zone de stabilité monétaire », a-t-il estimé.

Cependant Michel Sapin a fait savoir que le francs CFA « est une monnaie qui, semble-t-il, apporte de la stabilité ».

« Il suffit de regarder des pays à coté qui n’ont pas cette stabilité monétaire, qui connaissent des taux d’inflation très élevés, une instabilité économique qui n’est pas propice à la croissance », a-t-il expliqué.
MK/ASB / APS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.