Les « Faux gros producteurs » dans le viseur du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural

Image d'illustration

Le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, dans le cadre de la campagne agricole 2016-2017, a annoncé de nouveaux critères devant permettre de distinguer les grands producteurs d’arachide des « usurpateurs » dont le seul but est de bénéficier indûment des engrais et matériels agricoles à des prix subventionnés par l’Etat.

« Dorénavant, pour être reconnu parmi les gros producteurs, il faut passer par les Directions régionales du développement rural (DRDR), pour justifier par une demande son statut de grand producteur parmi les gros producteurs », a annoncé le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck.

Il s’adressait à des journalistes, mardi, lors des étapes de Keur Madiabel et de Wack Ngouna (Nioro) de sa tournée de suivi de la campagne agricole 2016-2017 dans le bassin arachidier.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, en fonction des critères fixés et après confirmation et validation de la DDR, « acceptera à son tour cette notification de grand producteur conférée au producteur pour être parmi les bénéficiaires des facteurs de production subventionnés », a-t-il indiqué.

Selon le ministre, la validation de ce statut va s’accompagner d’un suivi-contrôle de ces gros producteurs durant la campagne agricole, en vue de s’assurer qu’ils « ne sont pas de faux gros producteurs ».

À travers ces nouveaux critères, le ministère compte « dénoncer les faux gros producteurs », des Sénégalais qui ne disposent pas de champs, ne cultivent pas, mais qui au moment de la distribution des facteurs de production (intrants, engrais, matériels) subventionnés, se présentent parmi les gros producteurs pour bénéficier de ces produits aux prix subventionnés.

Ils retournent ensuite « les vendre aux pauvres paysans », a déploré le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, selon qui ces personnes-là « vont être combattus ». « Et nous avons, à cet effet, sorti une circulaire pour dire à l’ensemble des gouverneurs d’être vigilants sur cette question », a-t-il annoncé.

« Nous (ministère), de notre côté, nous veillerons à ce que l’argent financé pour l’agriculture retourne à la terre. Ce que nous voulons désormais, c’est que les engrais et matériels agricoles subventionnés aillent aux ayants droit, c’est-à-dire aux véritables producteurs et non aux faux producteurs », a-t-il précisé.

« Ces faux producteurs ne vont pas dans le sens de la rationalisation des moyens mis en place par l’Etat pour renforcer la filière arachidière sénégalaise et de manière générale l’agriculture de notre pays’’, a-t-il dénoncé.

« Celui qui est tailleur, maçon, électricien, fonctionnaire, doit faire son métier et non venir » disputer aux producteurs « des quantités de semences ou engrais distribués et après, venir les revendre à ces derniers », a-t-il dit.

« C’est ça que nous disons, c’est terminé, celui qui n’est pas paysan sera désormais exclu au profit des vrais producteurs qui seront renforcés », a insisté le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural.

Selon lui, « il nous faut bâtir une agriculture forte en considérant que la transparence et l’équité sont des valeurs à sauvegarder, si nous voulons véritablement l’excellence ». Autrement, a-t-il ajouté, « nous mettrons beaucoup d’argent dans l’agriculture sans en tirer un grand profit ».

« C’est en fait ça, que le ministère veut combattre avec les producteurs et tous les acteurs du monde rural doivent nous accompagner dans ce combat », a-t-il souligné.

Accompagné des agents de son ministère, des autorités administratives, élus locaux, Papa Abdoulaye Seck s’est rendu dans plusieurs localités des régions de Kaolack et Kaffrine, dans le cadre de sa tournée de suivi de la campagne agricole 2016-2017.

AB/BK / APS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.