Mondial 2018 : Une Espagne poussive mais gagnante

L'Espagne bat difficilement l'Iran
Image d'illustration

L’Espagne a dû sortir son bleu de travail, mais elle est parvenue à ses fin, contre des Iraniens

qui n’ont pourtant pas démérité (1-0). Après s’être cassé les dents sur la solide organisation défensive iranienne pendant plus d’une mi-temps, la Roja a fini par ouvrir la marque via l’inévitable Diego Costa au retour des vestiaires. Après 50 minutes de domination, on pensait que ce but allait libérer l’Espagne, il a eu l’effet inverse, et l’Iran aurait sans doute pu revenir dans la rencontre avec un peu plus de réalisme. Il n’en est rien : première victoire pour Fernando Hierro en tant que sélectionneur de l’Espagne et un petit pas franchi vers les huitièmes de finale. Retour à la logique donc dans ce groupe B où l’Iran n’est plus en tête. L’Espagne et le Portugal se partagent la première place avec quatre unités, l’Iran est en embuscade avec trois points. La dernière journée sera décisive et pourrait encore nous réserver une surprise, si l’Iran parvient à se défaire du Portugal.
Le match

Des Perses à deux visages
C’est un match en deux temps auquel on aura assisté sur la pelouse de la Kazan Arena. Une sorte attaque-défense de plus de 50 minutes, pour commencer, au cours de laquelle l’Espagne a manqué d’inspiration et de créativité pour déstabiliser la défense iranienne, avant une fin de rencontre beaucoup plus agréable et ouverte après le but d’ouverture de Diego Costa.

Carlos Queiroz n’a pas hésité au moment de coucher sa tactique sur papier. ‘On reste derrière et on attend’: ça a longtemps gêné les Espagnols qui auront finalement eu besoin d’un Costa en pleine forme et d’un peu de réussite pour faire la différence. Mais ça n’a pas libéré les Espagnols, au contraire, ce sont les Perses qui ont animé la fin de rencontre. Menés, les Iraniens n’avaient plus le choix, il fallait y aller. Ils se sont créé trois ou quatre très belles occasions, preuve que cette équipe sait aussi jouer au football quand elle est mise devant le fait accompli. Le Portugal est prévenu : cet Iran-là vendra chèrement sa peau lors de la dernière journée de la phase de groupe.

Le moment marquant
Le but iranien annulé
L’espace de quelques très longues secondes, les Iraniens ont bien cru qu’ils avaient inscrit leur second but de cette Coupe du monde. A la réception d’un bon coup-franc venu de la droite, Azmoun avait parfaitement exploité sa seule occasion du match pour tromper De Gea. Le clan iranien basculait dans l’euphorie, mais dans le même temps, le juge de ligne avait levé son drapeau. L’arbitre de la rencontre a attendu la confirmation du VAR, mais le verdict était sans appel pour les hommes de Carlos Queiroz : hors-jeu indiscutable et but annulé.

L’homme du match
Diego Costa
L’attaquant de l’Atletico aurait sans doute déjà pu revendiquer ce titre s’il n’était pas tombé sur un Cristiano Ronaldo des grands soirs, vendredi dernier. A tout seigneur, tout honneur, cette fois personne ne pourra contester le statut d’homme du match à Diego Costa. On ne l’a pas beaucoup vu, il a été moins incisif que la semaine dernière, mais il est décisif. Son but vaut de l’or, dans une rencontre où l’Espagne aura souffert un peu plus que prévu.

Espagne-Iran a donc suivi les deux autres rencontres de la journée (Portugal-Maroc et Uruguay-Arabie Saoudite) pour nous ‘offrir’ le troisième 1-0 de la journée. Avec trois buts, cette journée est donc la plus pauvre depuis le début du Mondial. Et le spectacle proposé n’y était pas vraiment non plus aujourd’hui sur les pelouses russes. Mais ce qui compte, c’est la victoire: Uruguayens, Portugais et Espagnols ne vont certainement pas nous contredire.

La question
L’Iran peut-il créer l’exploit?
Le maroc éliminé, les deux places qualificatives pour les huitièmes de finale se disputeront entre l’Espagne, le Portugal et l’Iran dans ce groupe B. Contre le Portugal, l’Iran aura donc un petit coup à jouer. Les Iraniens peuvent-ils aller au bout de leur rêve? Ils ne partiront pas favoris, mais sur ce qu’ils ont montré depuis le début de la compétition, ils ont des atouts à faire valoir. Mais Espagnols et Portugais sont en pole position. Il faudra conclure la semaine prochaine.
7sur7.be
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire