Economie : investir dans l’éducation et la formation pour l’émergence au Sénégal (Expert)

Présentation du livre
Omar Ndiaye

L’émergence ou le développement du Sénégal ou de l’Afrique passera par un investissement massif dans les secteurs de l’éducation et de la formation, a estimé hier, le trader, Omar Ndiaye.
‘’Lorsque vous avez une population très jeune, vous devez investir massivement dans la formation et dans l’éducation’’, a dit M. Ndiaye, lors d’une cérémonie de présentation de son livre : ‘’Et si l’Afrique se tournait vers l’avenir’’.
Et selon lui, le Sénégal a une potentialité avec une population très jeunes, ‘’ 65 % de Sénégalais ont moins de 25 ans’’, pour investir dans sa jeunesse. Et ‘’ c’est cela, le rôle de l’Etat’’, a-t-il expliqué.
Il a ajoute que l’autre élément pour atteindre l’émergence ou le développement, ‘’c’est investir dans le secteur agricole’’. ‘’On ne peut pas prétendre être un grand pays ou un grand continent tant qu’on n’est pas capable de se doter d’un bon secteur agricole’’, a signalé M. Ndiaye.
Car, pour M. Ndiaye, à l’image des modèles de développement de ‘’l’ensemble des pays qui ont réussi à relever le défis de l’émergence et du développement’’, ils se sont basés sur leur secteur agricole.
‘’Et d’autre part, c’est l’ouverture des marchés africains’’, a indiqué le trader. Avant d’ajouter ‘’ quand je parle d’ouverture, je parle d’ouverture calculée car je ne veux pas qu’on brade les ressources de l’Afrique’’ a-t-il soutenu.
D’ailleurs, selon lui, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale ont défini un ‘’montant des infrastructures en Afrique’’, c’est-à-dire les besoins annuelles en termes d’infrastructures en Afrique, estimé à ‘’93 milliards de dollars’’.
‘’Et l’ensemble des 23 places boursières en Afrique enregistrent une capitalisation boursières qui avoisine 300 milliards de dollars’’, a fait savoir le directeur du Master ‘’Finance de marché’’ à Sup’de Co.
Donc, pour Modou Ndiaye, cela voudrait dire que ‘’l’Afrique a l’ensemble des ressources nécessaires, des ressources naturelles nécessaires mais aussi des capitaux pour pouvoir développer le continent’’.
‘’Mais ce qui nous manque, c’est un pouvoir de leadership vertueux, des personnes exemplaires, des bonnes personnes à la bonne place […] pouvoir mobiliser l’ensemble des Etats, des énergies dont dispose nos pays […] pour pouvoir transformer notre économie’’, a expliqué M. Ndiaye.
I.N : actuprime.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.