Diourbel-Ndayane : Les cultivateurs dénoncent une spoliation de terre

Image d'illustration

Le collectif des cultivateurs du village sérère de Ndayane a « vigoureusement » dénoncé une spoliation de leurs terres qui longent la voie de contournement Sud de la ville de Diourbel, devenue une convoitise pour toute spéculation foncière. Lors d’un point de presse tenu hier, le coordinateur du collectif, M. Moussa Sarr, a condamné la commune de Tocky gare pour ses lotissements, juste à la limite de la commune de Diourbel, sur les terres de leurs ancêtres.

Selon M. Sarr, de telles pratiques « rament à contre-courant des droits fonciers faisant partie des 15 points soumis lors du dernier referendum ». Il a insisté sur la décision des populations d’user de toutes les voies de droit offertes pour que force reste à la loi. A ce propos, plusieurs correspondances ont été adressées aux autorités administratives, politiques et à l’OFNAC (Office national de lutte contre la corruption) pour leur demander de mettre fin à ces attributions de terres à des tiers, obligeant des familles entières à rester sans cultiver, cette année.

Les populations de Ndayane issues des villages de Ndiourbel Tock, Thiébo, Diamébougoum, Béllane, Tockosone, Ndéser et Bakadib, ont décidé de mettre fin à la spoliation par des attributaires qui viennent en retour leur proposer de leur vendre des parcelles sur leurs propres terres.

Abdou Diagne, maire de la commune de Tocky gare, de son côté, a fait savoir que le Conseil municipal a délibéré sur un terrain d’un hectare affecté au daara « Bilal Ibn Raba ». « Le conseil municipal, dont 33 présents sur 46, avait voté à l’unanimité l’affectation d’un terrain d’1 hectare situé au village de Ndayane, à ladite association pour l’implantation d’un Daara ». Le maire estime que les démarches entreprises par les responsables du collectif ont des motivations inavouées. « Ce sont des allégations diffamatoires et sans fondement », a-t-il martelé.

Ibrahima Dacosta (Diourbel) / enqueteplus.com

Laisser un commentaire