Dakar, ville verte : Diène Farba Sarr annonce l’accélération du projet

Dakar, ville verte ?

Ce programme entend allier propreté des trottoirs et bon état de la voirie, promouvoir de bonnes relations de voisinage et veiller à la rénovation des bâtiments. Le tout agrémenté par une présence plus importante de la verdure avec des arbres, arbustes et haies d’ornement. Bref, une ville moderne avec un cadre de vie sain, agréable et sécurisé.

Le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, Diène Farba Sarr, a annoncé, hier, l’accélération des activités du projet « Dakar ville verte » à l’issue d’une réunion sur la Matrice d’actions prioritaires (Map) 2016, tenue au siège de son département.

Avec ce projet en cours d’exécution (échangeur de la Patte d’Oie), Dakar n’offrira plus l’image d’une ville où la crasse dispute la place aux épaves et autres ordures. Ce programme entend allier propreté des trottoirs et bon état de la voirie, promouvoir de bonnes relations de voisinage et veiller à la rénovation des bâtiments. Le tout agrémenté par une présence plus importante de la verdure avec des arbres, arbustes et haies d’ornement. Bref, une ville moderne avec un cadre de vie sain, agréable et sécurisé.

« Nous avons déjà élaboré plusieurs des projets d’aménagement paysager d’espaces publics dans la région de Dakar, financés par des privés sénégalais », a confié le ministre.

Plusieurs projets inscrits dans le programme « Ville verte » démarreront sous peu, a affirmé Diène Farba Sarr. Ainsi, des espaces publics seront aménagés dans la région de Dakar. Il s’agit de la Place de l’indépendance, des allées Serigne Fallou Mbacké de Guédiawaye, du rond-point Lobatt Fall, du rond-point Seven-up, du marché aux poissons, de la station Shell à l’entrée de Pikine, des abords du stade Amadou Barry, du bassin de rétention du quartier Bagdad, du boulevard Maurice Guèye, etc.

Des aménagements paysagers complémentaires sur le grand îlot de l’échangeur de la Patte d’Oie sont également programmés. « Des aménagements sont planifiés dans toutes les villes », a indiqué le ministre, soulignant que le désherbage a commencé sur la Vdn.

Urbanisation accélérée non mîtrisée

Les 3 millions de Dakarois vivent sur 0,3 % du territoire national, soit une densité de 4.459 habitants au km2, contre 6,6 habitants au km2 dans la région de Kédougou. Cette urbanisation accélérée et non maîtrisée a influé négativement sur le cadre de vie qui s’est considérablement dégradé. Le béton a presque colonisé tous les espaces avec des bâtiments qui poussent comme des champignons. Dakar, la verte (appelée Cap-Vert), est devenue une ville austère avec une laideur anguleuse.

La carte postale est assez suggestive : amas d’ordures, gargotes, cantines à chaque coin de rue, jusque dans les quartiers réputés huppés… On s’installe où on veut pour mener son activité, au mépris des normes d’aménagement urbain et d’hygiène.

En plus de l’aménagement, le projet ville entend également lutter contre le chômage des jeunes par la promotion des emplois verts. Les collectivités locales trouveront, à travers ce programme, un remède efficace de la lancinante question de la gestion sociale des problèmes urbains.
le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.