L’aéroport L. S. Senghor de Dakar devient « aéroport militaire » au lendemain de l’ouverture de l’AIBD de Diass

Image d'archives

En conseil interministériel avant-hier, le gouvernement a pris d’importantes décisions

tenant à la mise en service de l’AIBD et à la militarisation de Léopold Sédar Senghor. Comme si on en avait déjà marre de Léopold Sédar Senghor, les autorités n’en ont plus que pour Blaise Diagne. En Conseil interministériel avant-hier dans l’enceinte du nouvel aéroport, elles ont réaffirmé la date d’ouverture, le 07 décembre à 12 heures. Dès le lendemain, l’aéroport de Dakar deviendra ‘’aéroport militaire’’. C’est l’une des décisions majeures rendues publiques à la fin du rendez-vous gouvernemental.

Le processus, enclenché depuis le 04 octobre dernier, est ainsi mis en branle par Dionne 2. Le secrétaire général du gouvernement, qui a lu la déclaration finale, estime que ‘’l’AIBD est une infrastructure très stratégique qui prend sa place dans les projets les plus importants du Plan Sénégal émergent’’. Ainsi, faire du Sénégal un hub aérien est la volonté du chef de l’Etat et de son équipe qui misent sur l’infrastructure pour booster la croissance économique. AIBD, d’après Seydou Guèye, a pour vocation d’être le ‘’réceptacle du transfert de l’aéroport Léopold Sédar Senghor’’. Le gouvernement, dit-il, a procédé à une ‘’évaluation exhaustive et rigoureuse de toutes les diligences qui étaient requises pour la mise en œuvre et l’ouverture fonctionnelle de l’infrastructure’’.

Avec trois composantes, le nouvel aéroport, assure le porte-parole du gouvernement, est fin prêt pour accueillir les voyageurs. ‘’La première composante, sous forme de projet clé en main, comprend toute l’infrastructure aéroportuaire et les travaux d’assistance. Elle est réalisée à 100%. La deuxième, financée sur le budget national, porte sur les bâtiments administratifs. Elle est à 90% de réalisation. Ce sont des travaux qui n’ont pas de véritables impacts sur l’ouverture et la fonctionnalité de l’aéroport. Quant à la troisième, elle est relative aux infrastructures nécessaires au stockage et au carburant. La mise en service est prévue à la fin du mois de novembre’’, a déclaré M. Guèye.

A LIRE: L’ouverture de l’AIBD prévue avant la fin de l’année 2017, selon son Directeur

En clair, soutient-il, ‘’en termes essentiels, tout est prêt pour une ouverture prévue au 7 décembre à 12 heures et avec un fonctionnement optimum de l’ensemble des infrastructures’’. Le porte-parole du gouvernement estime qu’en ce qui concerne la navigation aérienne avec l’Asecna, ‘’les équipements ont été calibrés, les tests ont été faits et les qualifications pour les contrôleurs seront délivrées avant le démarrage et l’ouverture de l’aéroport, au moins à j -7’’. En plus de ces dispositions, il a été retenu que la gendarmerie s’installera ce 15 novembre, la douane étant déjà sur place. Sur la plateforme, 23 entreprises ont été sélectionnées. Parmi elles, 20 sont sénégalaises.

Par ailleurs, le gouvernement a pris des mesures pour favoriser l’accessibilité et la fluidité du trafic dans les voies qui mènent à l’aéroport. Outre Dakar Dem Dikk, 100 taxis seront autorisés à assurer la desserte. Des dispositions ont également été prises pour la couverture internet et les réseaux téléphoniques. ‘’C’est pour donner une qualité de service et de couverture aux réseaux en vue de sécuriser les fréquences d’échanges entre l’aéroport et les avions’’, informe le ministre Seydou Guèye.

Ce qui fait dire à M. Guèye que ‘’tout est prêt pour un démarrage effectif le 7 décembre à 12 heures, et la décision qui a été prise par le Premier ministre, c’est de procéder à une revue générale à jour j -7’’.

MOR AMAR / enqueteplus.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.