COVID-19 : des experts de la santé prospectent sérieusement la piste de la médecine traditionnelle

Les récurrentes épidémies qui frappent le continent africain ont amené des spécialistes de la santé à prospecter sérieusement la piste de la médecine traditionnelle africaine.
« Tout comme dans d’autres domaines de la médecine, une science solide est la seule base pour des thérapies de médecine traditionnelle sûres et efficaces », explique Dr Prosper Tumusiime, directeur du département Couverture sanitaire universelle et parcours de vie au Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique.
Ainsi donc, un comité région

al d’experts sur la médecine traditionnelle pour le COVID-19, formé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies et la Commission des affaires sociales de l’Union africaine, approuve un protocole pour les essais cliniques de phase III de la phytothérapie pour le COVID-19.
Ces experts approuve également une charte et des termes de référence pour la mise en place d’un conseil de surveillance des données et de la sécurité des essais cliniques de phytothérapie.

Cet organe de sécurité et de contrôle des données veillera à ce que les données des études accumulées soient examinées périodiquement en fonction de la sécurité des participants.
Les 25 membres du Comité consultatif régional d’experts sur la médecine traditionnelle pour la COVID-19 sont chargés de soutenir les pays afin d’améliorer la recherche et le développement de thérapies contre le coronavirus basées sur la médecine traditionnelle.
Le rôle est aussi de fournir des conseils sur la mise en œuvre des protocoles approuvés afin de générer des preuves scientifiques sur la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments à base de plantes pour le traitement du Covid-19.
Le comité formulera également des recommandations sur la poursuite, la modification ou l’arrêt d’un essai sur la base de l’évaluation des données à des périodes prédéterminées de l’étude.
Les essais cliniques de phase III sont essentiels pour évaluer pleinement la sécurité et l’efficacité d’un nouveau produit médical.
Le Coronavirus, une bénédiction pour les animaux sauvages ?
En Tanzanie, 65 tradipraticiens arrêtés pour des meurtres rituels présumés

« L’adoption des documents techniques garantira que des preuves cliniques universellement acceptables de l’efficacité des médicaments à base de plantes pour le traitement de la COVID-19 seront produites sans compromettre la sécurité des participants », soutient le professeur Motlalepula Gilbert Matsabisa, président du comité d’experts.
Il nourrit l’espoir que le protocole d’essai clinique générique sera immédiatement utilisé afin de s’assurer que les populations vont bénéficier du potentiel de la médecine traditionnelle pour faire face à la pandémie de covid-19.
« Si un produit de médecine traditionnelle s’avère sûr, efficace et de qualité assurée, l’OMS recommandera une fabrication locale à grande échelle et rapide », indique Dr Tumusiime, notant que grâce au Forum africain de réglementation des vaccins, il existe maintenant un point de référence sur lequel les essais cliniques de médicaments et de vaccins dans la région peuvent être évalués et approuvés en moins de 60 jours.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.