Coopération entre le Maroc et le Sénégal : Dakar et Rabat signent deux conventions pour la petite agriculture et la pêche

Coopération entre le Maroc et le Sénégal
Image d'illustration

Le Royaume du Maroc et le Sénégal ont signé hier à Dakar, une convention de partenariat pour la mise en place d’un dispositif de financement de la petite agriculture en milieu rural et un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre d’un plan d’aménagement de la pêche au poulpe, a constaté l’Aps.
S’exprimant avant la signature, le ministre marocain de l’A­gri­culture et de la pêche maritime, M. Aziz Akhannouch, a indiqué que la première convention repose sur l’approche con­jointe de qua­tre acteurs clés à savoir la Fondation Moham­med VI pour le développement durable, le Grou­pe Crédit agricole du Ma­roc, le Groupe Banque centrale po­pu­laire et le ministère de l’A­gri­culture et de la pêche maritime.

La Fondation Mohammed VI pour le développement durable apportera son expertise en matière de développement social et solidaire, ainsi qu’un apport financier de 1 million d’euros sous forme de don. L’objectif est de créer un fonds de garantie avec le soutien du ministère de l’Economie, des finances et du plan de la République du Sénégal, dédié aux prêts qui seront attribués aux petites exploitations agricoles par Atlantic microfinance for Africa (Amifa), filiale du Groupe Banque centrale populaire.
Le Groupe Crédit agricole du Maroc mettra à disposition son expertise en matière d’ingénierie de financement, tout en ayant une contribution financière directe à hauteur de 1,5 million d’euros au dispositif, a poursuivi Aziz Akhannouch.
Le ministre marocain de l’Agriculture a souligné que le Groupe Banque centrale populaire, via l’Amifa, déjà implantée au Sénégal, apportera une contribution financière additionnelle de 1,5 million d’euros, en plus de l’accès à ses réseaux et l’utilisation de son back office.
Le financement de 10 millions d’euros, environ 650 millions de francs Cfa, permettra de toucher directement près de 7.000 petits agriculteurs et près de 70.000 cumulés d’ici 5 ans.
La deuxième convention est un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre d’un plan d’aménagement de la pêche au poulpe entre le Sénégal et le Maroc.
lequotidien.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.