Conseil des ministres délocalisé : Saint-Louis affiche un taux d’exécution de 89%, selon le gouverneur

Conseil des ministres délocalisé à Saint-Louis
Vue de Sant-Louis du Sénégal

Les engagements et autres promesses faits en faveur de la région de Saint-Louis (nord) lors du conseil des ministres délocalisé de 2012 ont connu un niveau d’exécution de 89 %, a soutenu, vendredi, Alioune Aidara Niang, gouverneur de la région.

« Ces engagements pris par le président de la République portant sur 33 projets évalués à 306, 7 milliards de francs CFA, nous sommes à un niveau d’exécution de 252, 1 milliards, soit un taux de 89 % », a déclaré Alioune Aidara Niang.

Le gouverneur de la région de Saint-Louis s’adressait à des journalistes à l’issue d’une réunion spéciale du comité régional de développement (CRD) consacrée aux investissements de l’Etat dans la région.

« Sur les 33 projets mis en avant, 19 ont connu une bonne exécution et sont terminés. Il y a 12 en cours d’exécution, un parmi ces projets a été abandonné tandis que d’autres n’ont pas encore démarrés », a souligné M. Niang.

Le gouverneur de Saint-Louis a en outre cité l’apport du secteur privé et de sociétés nationales dans la mise en œuvre d’autres projets et programmes ayant un impact direct sur la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (PSE, référentiel des politiques publiques en faveur de l’émergence du pays à l’horizon 2035).

Avec les autres projets portés par le secteur privé et adossés au PSE, nous sommes à un niveau d’exécution de 360 milliards de francs CFA sur les 446 milliards d’engagement portant sur 138, selon Alioune Aidara Niang.

« Nous n’avons pas tenu compte du volume de financement de 148 milliards de francs injectés dans le secteur horticole par les sociétés agro-industrielles qui qui interviennent dans la région », a-t-il fait valoir.

Selon lui, ce travail consistait à partager ce document de collecte et d’analyse à tous acteurs institutionnels, administration, privé, société civile et collectivités locales « pour qu’ensemble on puisse dire objectivement honnêtement dire où que nous en sommes dans ces engagements et savoir les contraintes ».

Le chef de l’exécutif régional de Saint-Louis a, à cet égard, souligné la nécessité pour l’Etat de décentraliser la coordination de certains projets et programmes afin de permettre aux autorités administrative de connaître le volume de financement et les contraintes liées à leur mise en œuvre.

AKS/PON / APS

Laisser un commentaire