Maroc-Sénégal : Des accords pour la construction de la Cité des affaires sur le site de l’aéroport L.S. Senghor

La Cité des affaires
Le site de l'aéroport L.S. Senghor

Après la Cité de l’émergence, la secrétaire d’Etat marocain auprès du ministre des Affaires étrangères

, Mounia Boucetta, promet que le financement de l’étude faisabilité de la Cité des affaires est bouclé, entre autres grands projets. Elle est à Dakar pour le suivi de la mise en œuvre des accords de coopération entre les deux pays

39 accords ont été signés entre le Sénégal et le Maroc, ces deux dernières années. Un état de fait qui traduit l’excellence des relations diplomatiques entre les deux pays. La visite de la secrétaire d’Etat marocain Mounia Boucetta, pour deux jours, a pour objet de faire le point sur ces dits accords. S’ils concernent tous les domaines allant de l’énergie à l’environnement, en passant par l’éducation, ce sont les projets structurants qui ont concentré l’intérêt des deux camps. La Cité de l’émergence, six tours de dix étages, devrait être livrée en décembre 2017, fait savoir Mounia Boucetta.

Mais, la Cité des affaires de l’Afrique de l’Ouest, qui a été débattue par les techniciens des deux départements, est un projet non moins important. Prévue à l’emplacement de l’actuel aéroport international Léopold Sédar Senghor, ce projet y sera implanté, après la délocalisation des activités aéroportuaires vers Diass. Confiée à l’Agence de promotion des investissements et des grands travaux (Apix) par décret présidentiel, l’assiette foncière de 600 hectares devrait comprendre des bureaux, des logements, des commerces, des espaces verts, explique le représentant de l’Agence. Un projet similaire à ‘‘ importante valeur ajoutée’’ déjà expérimentée par les Marocains à Casablanca et qui explique leur sollicitation.

‘‘La Caisse de dépôt et de gestion du Maroc et la caisse de dépôt et de consignation du Sénégal ont déjà cofinancé à hauteur de 50% chacune les études de faisabilité’’, fait savoir l’Apix qui plaide pour une actualisation de la convention entre les deux structures pour passer aux étapes suivantes d’avant-projet. La première urgence est de redoubler le protocole d’accord entre l’Apix, la Cdg et la Cdc. Mounia Boucetta souligne que ‘‘l’étude de faisabilité était prête et attend juste une officialisation’’. Son homologue sénégalais, Mama Baba Cissé, a affirmé qu’une rencontre de restitution allait être tenue incessamment. Les deux départements techniques auxquels ils ont appelé à accroitre le volume des échanges multiformes travaillent de concert.

Concernant les autres projets dont certains sont déjà à terme, comme le point de débarquement de Soumbédioune, la convention dans le domaine de l’énergie solaire, de l’aquaculture, le développement de la filière animale et de la santé vétérinaire, le transport international des voyageurs et des marchandises, les accords sur le poulpe…, le secrétaire général du Maese a exhorté à la diligence. ‘‘Nous avons le devoir de réussir toutes nos ambitions’’, a déclaré Mame Baba Cissé. La visite de la ministre a été ponctuée hier de séances de travail, de visites sur les sites des projets. Il est aussi prévu une entrevue avec le ministre Mankeur Ndiaye, aujourd’hui.

OUSMANE LAYE DIOP / enqueteplus.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.