Chine / Etats-Unis : pourquoi Donald Trump a perdu la guerre commerciale

La guerre commerciale contre la Chine aura été l’un des marqueurs de la présidence Trump.

Un combat qu’il est loin d’avoir gagné, bien au contraire, la réussite économique de la Chine est en train d’éclipser celle des États-Unis.

Si la Maison Blanche voulait affaiblir l’Empire du Milieu, l’opération est ratée : le pays berceau du coronavirus a surmonté la pandémie le premier, et son économie est donc la première à redécoller. Elle vole à nouveau de record en record. Hier, la vitalité de l’activité industrielle, déterminée par les commandes passées au mois d’octobre, a encore impressionné. Cette performance confirme le rebond en V annoncé il y a quinze jours. Au troisième trimestre, la croissance du PIB chinois est repartie à la hausse, frôlant la barre des 5%.

Si ces chiffres chinois sont toujours suspects, l’arbitrage du FMI est sans appel : le fonds estime que la Chine connaîtra 2% de croissance cette année, ce sera l’un des rares pays à être en territoire positif, tandis que l’économie américaine reculera de plus de 4%. Et l’on craint le pire aux États-Unis : la nouvelle vague de Covid-19 inquiète de plus en plus les milieux d’affaires, au moins autant que le résultat de l’élection présidentielle.

Sur le plan commercial, Donald Trump a fini par signer un accord intermédiaire avec la Chine mais sans résoudre le problème de fond

Les Chinois ont bien acheté du soja et du maïs américain comme le prévoit l’accord signé en janvier, mais ils sont loin de remplir leurs obligations. Ils n’ont réalisé que la moitié des importations promises. Cette guerre a eu le mérite de mettre en évidence le danger que représente le deux poids deux mesures que pratique la Chine avec ses partenaires, et pas seulement avec les Américains.

Mais en terme économique, c’est un gâchis pour les États-Unis. Le déficit commercial avec la Chine, qui est à l’origine du conflit, a enfin baissé en 2019, mais le déficit global du commerce américain est toujours le même. Les États-Unis achètent dorénavant au Vietnam ou au Mexique ce qu’ils n’importent plus de Chine. Les entreprises américaines ont souffert de l’augmentation des taxes à l’import imposées pour faire plier Pékin, elles ont augmenté leur prix, comprimé les salaires pour compenser, en bref les ménages américains ont payé l’addition.

Donald Trump a aussi lancé une guerre tous azimuts contre les géants chinois de la tech

Huawei, qui voulait se rendre indispensable pour les réseaux 5G du monde entier, en a fait les frais. TikTok, l’application ultra-populaire auprès des jeunes est menacée de disparaître de l’univers américain. Ces entreprises soupçonnées d’espionnage potentiel sont perçues comme des menaces pour la sécurité nationale des États-Unis. Elles inquiètent aussi d’autres pays occidentaux. Ce qui est en jeu, ce sont les intérêts économiques, mais aussi des intérêts stratégiques.

Donald Trump a réussi à ralentir la progression chinoise

Mais il a aussi dopé la détermination de la Chine à asseoir sa domination technologique. Pékin met les bouchées doubles pour asseoir sa souveraineté technologique et proposer au reste du monde des nouveaux outils bon marché, comme les voitures électriques ou les drones. Même l’armée américaine s’y laisse prendre. Air Force vient d’acheter des drones chinois pour l’entraînement, suscitant la colère de sénateurs républicains, rapporte le Wall Street Journal. Cette croisade anti-chinoise se nourrit de la concurrence entre les deux grandes puissances, c’est pourquoi elle n’est pas prête à s’éteindre même si Joe Biden remporte l’élection.

EN BREF

Twitter et Facebook se mobilisent pour éviter de propager des informations trompeuses sur les résultats de l’élection américaine. Si les deux camps revendiquent prématurément la victoire sur ces deux réseaux sociaux, leurs modérateurs s’autorisent à en avertir les utilisateurs avec des vignettes mentionnant que les sources officielles ne donnent pas encore le même résultat. Twitter a aussi listé les sources qu’il considère comme fiables.
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.