Chemin de fer : Un nouveau schéma institutionnel annoncé pour Dakar-Bamako-Ferroviaire

Les autorités sénégalaises et maliennes ont annoncé la mise en place d’un nouveau schéma

institutionnel structuré autour de deux sociétés de patrimoine ferroviaire dans le cadre de la gestion du chemin de fer Dakar-Bamako.

Il s’agit de la principale décision émanant du 5e Comité inter-Etats du chemin de fer Dakar-Bamako, réuni dans la capitale sénégalaise de vendredi à dimanche.

Ainsi, le Comité Inter-États des ministres du chemin de fer Dakar-Bamako et l’organe de gestion Dakar-Bamako ferroviaire laisseront la place à un nouveau schéma institutionnel structuré autour de deux sociétés de patrimoine ferroviaire, d’un régulateur et d’une société binationale d’exploitation’’, rapporte notamment un communiqué ayant sanctionné cette rencontre.

Selon le document, des instructions ont été (déjà) données à l’Administrateur général de Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF).

‘’La République du Mali a procédé à la mise en place de SOPAFER, la société malienne en charge du patrimoine ferroviaire. Au Sénégal, le gouvernement a lancé le processus de création de la SEN-TER qui a déjà reçu le patrimoine du Train Express Régional (TER). En attendant la réalisation d’un audit minutieux du patrimoine ferroviaire qui demeure un préalable, le patrimoine précédemment versé dans la concession, restera confié à DBF’’, explique le communiqué parvenu à l’APS.

Il indique que transformée en société anonyme simplifiée, DBF devient la société binationale d’exploitation du Dakar-Bamako. Il ajoute que cette dernière sera dotée d’un conseil ministériel d’orientation stratégique (ex. Comité inter Etats), d’un conseil d’administration (CA) et d’une direction générale (DG).

Le texte signale que les deux États ont commandité un audit sur le domaine foncier ferroviaire occupé illégalement et demandent aux locataires de payer les loyers.

‘’Les Etats ont également exigé de l’Administrateur général qu’il soit sans tolérance, pour les occupations frauduleuses du domaine public ferroviaire. Les deux gouvernements ont décidé de lancer une grande campagne de perception des recettes domaniales y compris par le biais d’actions judiciaires’’, poursuit le communiqué.

Il souligne que l’administrateur général des chemins de fer est instruit de mettre en œuvre un processus de recouvrement et au besoin, de faire déguerpir les récalcitrants.

‘’ En effet, les pertes financières pour DBF atteindrait au minimum 1 milliard de FCFA/par an. Les autorités n’excluent pas de recourir à des arrestations sur la base des plaintes qui vont être introduites par Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF), auprès de la justice des deux pays’’, rappelle même la source.

Sur un autre plan, les ministres des deux pays ont estimé que le Plan de sauvegarde d’urgence était pertinent et ont instruit l’organe de gestion de DBF, de présenter le chronogramme et les plans prévisionnels de transports dans les prochains jours.

‘’ Les ministres ont précisé que le PSU ne remet nullement en cause, les discussions avec les investisseurs, notamment la Banque Mondiale. Le plan de sauvegarde d’urgence (PSU) est prévu pour se réaliser, dans un délai de six (6) mois. Il concerne les travaux sur la voie ferrée et l’acquisition d’une flotte de 12 locomotives. Les États ont informé du démarrage imminent des travaux du PSU à travers la mobilisation d’un budget exceptionnel de 20 milliards de FCFA’’, précise le communiqué.

BHC/ASG/AKS / APS
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.