La CEDEAO durcit les sanctions individuelles contre les militaires au pouvoir en Guinée et au Mali

Fin du sommet extraordinaire des chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à Accra.

Principale décision : durcissement des sanctions individuelles contre des dirigeants maliens et guinéens. Au cours du huis clos, d’après les informations de notre envoyé spécial Serge Daniel, il a été fait mention d’une lettre officielle par laquelle le gouvernement malien annonce qu’il ne peut pas tenir les élections présidentielle et législatives en février 2022, comme initialement prévu.

Concernant la Guinée, Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la Cédéao, a tenu une conférence de presse à Accra devant une forêt de micros, où il a dit que les chefs d’État ont insisté sur l’urgence de libérer l’ancien président Alpha Condé, qui est prisonnier des putschistes de Conakry.

Un autre point sur la Guinée, c’est l’évolution de la transition. Les chefs d’État de la Cédéao ont pris acte de l’officialisation de la Charte de transition. Donc, bon point pour les autorités guinéennes. Un Premier ministre civil a été nommé, un gouvernement civil a également été mis en place et on sait que le Conseil national de la transition sera prochainement installé officiellement.

Mais les chefs de l’État de la Cédéao ont souhaité avoir un chronogramme détaillé des actions qui vont mener aux élections. La Cédéao propose six mois pour l’organisation des élections en Guinée.

Compte tenu de la situation du coup d’État militaire et du gouvernement qui n’a pas été démocratiquement élu, la Cédéao maintient et renforce ses sanctions contre les autorités guinéennes. Enfin, l’institution sous régionale ne ferme pas la porte et a décidé de nommer un envoyé spécial, le docteur Mohamed Ibn Chambas, qui connaît bien la sous-région.

Mali : des sanctions contre les autorités de transition

Selon Jean-Claude Kassi Brou, le président de la Commission, il y a eu également de longues discussions sur le Mali. Deux constats ont été dressés. D’abord, la situation sécuritaire s’est dégradée. Il faut aider le Mali sur ce point.

Deuxièmement, au sujet du processus électoral en principe prévu le 27 février 2022, on devait avoir des élections, mais le calendrier ne sera pas respecté, car le gouvernement malien a officiellement écrit pour dire qu’il ne peut pas tenir les élections. La Cédéao a estimé qu’il fallait absolument maintenir la date du 27 février 2022, puisqu’elle était retenue par les auteurs du coup d’État à Bamako. Décision a été prise de sanctionner sans délai : « Toutes les autorités de la transition sont concernées par les sanctions qui vont rentrer en application immédiatement ». Il y a une interdiction de voyages, des avoirs financiers et cela va affecter également, selon la Cédéao, leurs familles via d’autres détails. Donc c’est la principale décision qui a été prise sur le Mali.
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.