CASAMANCE : Un cadre sous-régional pour accompagner le processus de paix.

Image d'illustration

La dynamique de la paix en Casamance tend vers la création d’une assemblée générale de concertation en rupture d’avec les vieilles habitudes.
Ce mouvement veut bannir la négociation en ordre dispersé le plus souvent non productif, précise son coordonnateur, Henry Ndecky. Ce dernier estime qu’il faut associer toutes les parties dans un seul cadre, pour trouver la paix afin que l’Etat et le MFDC, (mouvement des forces démocratiques de la Casamance), puissent avoir un seul interlocuteur.

 Selon M. Ndecky, il y’a eu beaucoup de pourparlers infructueux, à cause de la division au sein du MFDC et des groupes négociateurs disparates, rappelle-t-il. Pour le coordonnateur de ce mouvement, « les futures négociations passeront par une unification du MFDC et des négociateurs, en partant sur de nouvelles bases, pour retrouver la paix ».
.
Le conflit perdure depuis trente trois ans, occasionnant d’innombrables victimes, des morts, des déplacés, des orphelins. Ce qui pousse Henry Ndecky et ses compagnons à sillonner toute la Casamance et les pays limitrophes, notamment la Gambie et les deux Guinées, (Conakry et Bissau), pour consulter les responsables et les jeunes, afin de mettre en place cette assemblée. Celle-ci doit créer une synergie sous-régionale entre le MFDC et l’Etat, pour relancer le processus de paix.
Hemry Ndecky affirme que « nous travaillons afin qu’un jour les armes soient rendues pour ne pas que les milices soient tentés par les mouvements jihadistes tels que Boko Haram, Ansar Dine », prévient-il.
 
 Il a déclaré qu’avec 58% de jeunes, l’objectif est l’instauration d’une paix sociale durable au Sénégal, en Casamance, voire dans la sous région. Ce qui passera certainement par la mise en place d’un cadre unique de dialogue et l’implication forte et effective d’un réseau de jeunes.
Pour Henry Ndecky, « le processus de paix mérite la consultation de toutes les forces vives, en les associant au cadre unique du MFDC, qui discutera avec l’Etat, pour le retour de la paix définitive. C’est pourquoi nous mettrons en place prochainement cette assemblée sous-régionale qui sera garante certainement de l’apaisement ».

Mahmoud Diallo : actuprime.com

Laisser un commentaire