Campagne agricole 2016 : Mise en place satisfaisante des semences d’arachide certifiées et des engrais (ministre)

Image d'illustration

En tournée de supervision dans la région de Kaffrine, pour les besoins de la campagne agricole 2016, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dr Papa Abdoulaye Seck, a salué la mise en place rapide des semences d’arachide certifiées, de l’engrais et du matériel agricole dans la zone. Il a annoncé que le gouvernement compte, chaque année, mettre en place 20.500 unités de matériel de culture attelé.

C’est au pas de charge que le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Dr Papa Abdoulaye Seck, a effectué une tournée de supervision de la mise en place des semences d’arachide certifiées et de l’engrais dans la région de Kaffrine. Accompagné d’une forte délégation, dont le secrétaire d’Etat chargé à l’Accompagnement et à la Mutualisation des organisations paysannes, Moustapha Lô Diatta, cette visite l’a conduite, hier, à Ndiognick et dans la commune de Kaffrine où il a visité les magasins de stockage des semences et d’intrants. La commune de Ndiognick qui polarise plus de 50 villages, a reçu 531 tonnes d’arachides réceptionnées par le président de la Commission de distribution, Aliou Bâ. Pour l’engrais, a précisé ce dernier, toutes les variétés, à l’exception du triple 15, ont été réceptionnées, soit 280 tonnes. « C’est la première fois que nous recevons une si importante quantité de semences et à temps, de même que les intrants », s’est réjoui M. Bâ. Dans l’enceinte de ce magasin de stockage, situé à l’entrée de la ville, des cultivateurs étaient à l’accueil de la délégation ministérielle. Toutefois, ils ont déploré l’insuffisance de la quantité de semences mise à leur disposition, à savoir 7 kilogrammes par personne. Mais Ndiol Lô, le maire de Ndiognick, a relativisé, estimant qu’il est difficile de distribuer 531 tonnes à 18.000 paysans de la commune.

Contrairement à Ndiognick, aucune récrimination n’a été notée à Kaffrine. Selon Waly Faye, délégué du quartier Escale ouest-Cité millionnaire, 200 tonnes de semences d’arachide certifiées ont été distribuées et 60 tonnes d’engrais, notamment la variété 6 20 10. Quant aux autres variétés, elles sont attendues dans les prochains jours. Au quartier Escale ouest de Kaffrine, 113 bénéficiaires ont reçu entre un à trois sacs de 50 kg d’arachides et 50 kg d’engrais. Le représentant des délégués de quartier de Kaffrine, Babou Cissé, tout comme le représentant du maire de Kaffrine, Ibrahima Wane Ndao, ont plaidé pour l’augmentation de la dotation des semences et des engrais. « Nous sollicitons du matériel agricole et des semences supplémentaires qui nous permettront d’atteindre nos objectifs », a affirmé M. Ndao. Il s’est félicité de la transparence notée dans la distribution des semences certifiées tout en exhortant les opérateurs à persévérer dans ce sens.

« Bassin agricole »
Au terme de sa visite, le ministre de l’Agriculture a salué la mise en place rapide des semences d’arachide certifiées, des intrants ainsi que du matériel agricole. « Partout où nous sommes passés, nous n’avons pas constaté des récriminations concernant la qualité des semences. Tout a été mis en place et vendu », a-t-il déclaré. Poursuivant, Papa Abdoulaye Seck a indiqué que « réussir une campagne agricole, c’est assurer d’abord une disponibilité et une accessibilité des facteurs de production à temps opportun ».

Il a expliqué que le Conseil interministériel sur la campagne agricole 2016, tenu le 17 mai dernier, a débouché sur des « recommandations concrètes et pragmatiques ».

Le ministre s’est également félicité de l’engouement pour le riz constaté dans le bassin arachidier. « Partout on nous demande des semences de riz. Cela prouve que nous sommes dans une dynamique de diversification », a-t-il apprécié. M. Seck a aussi rappelé que le gouvernement a l’ambition de faire du bassin arachidier un « bassin agricole, un bassin où il y a une pluriculture ». Il est d’avis que c’est cela qui permettra à l’agriculture sénégalaise de se développer. « Nous quittons cette zone satisfaits, mais nous estimons qu’il y a des efforts à faire. Il faut qu’on amplifie nos interventions pour faire plus et mieux au grand bonheur de l’agriculture sénégalaise », a déclaré Papa Abdoulaye Seck.

Par Souleymane Diam SY

Commercialisation des semences certifiées et subventionnées : L’Etat en ordre de bataille contre les gros producteurs fictifs
Papa Abdoulaye Seck a rappelé la volonté de l’Etat d’inscrire l’agriculture sénégalaise dans « une dynamique d’excellence, de transparence, d’équité, dans une obligation de rendre compte et de résultats ». Pour ce faire, le ministre de l’Agriculture a soutenu que cela requiert un « changement d’attitudes et de comportements ». « L’efficacité économique des investissements publics dans le secteur agricole pose problème du fait des habitudes, des attitudes et des comportements qui ne sont pas en phase avec le progrès », a-t-il déclaré. Selon lui, « il n’est pas normal, lorsque que nous avons une campagne agricole, que subitement des Sénégalais se transforment en producteurs pour pouvoir bénéficier des subventions ». Ce qui veut dire que « l’argent de l’agriculture passant par ces hommes n’est pas sous terre mais utilisé à d’autres fins », a relevé le ministre. Pour mettre fin à ces pratiques, M. Seck a rappelé que le profil de gros producteurs a été défini, soulignant qu’il revient aux Directions régionales de développement rural d’agréer les producteurs sur ces critères pour plus de transparence. Il a reconnu que, dans le passé, on agréait des producteurs sur des bases qui n’étaient pas « justes, conformes aux réalités du terrain ». Papa Abdoulaye Seck a ainsi promis de mener une lutte acharnée contre ceux qui détournent les facteurs de production. « Il faut que nous protégions les producteurs sénégalais à partir des mécanismes transparents pour qu’enfin l’argent soit sous terre et permette une transformation structurelle de l’économie rurale et de l’économie nationale », a-t-il insisté.

Matériel de culture attelé : 20.500 unités seront mises à la disposition des cultivateurs chaque année
Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a annoncé, hier, que le gouvernement compte, chaque année, mettre sur place 20.500 unités de matériel de culture attelé. « Depuis la fin du programme agricole, intervenu en 1984, le monde rural sénégalais n’a pas connu des opérations d’une telle envergure en ce qui concerne la distribution de matériel agricole », a indiqué Papa Abdoulaye Seck. La région de Kaffrine recevra 25 tracteurs. « Outre la réduction de la pénibilité du travail, la mécanisation permet d’augmenter la productivité, de mieux gérer un calendrier culturel, d’inscrire l’agriculture dans une dynamique de compétitivité et de durabilité », a confié le ministre. « C’est pourquoi le gouvernement mise sur un vaste programme de mécanisation pour que nous puissions injecter plus d’énergie dans le secteur agricole pour augmenter la productivité », a-t-il rappelé.

Qualité des semences : « Tout a été contrôlé », selon le ministre de l’Agriculture
Dr Papa Abdoulaye Seck a fait une mise au point sur la qualité des semences commercialisées, réagissant ainsi à certaines déclarations qui émettent des réserves sur la qualité des semences distribuées. « En matière de commercialisation semencière, il faut distinguer deux circuits : le circuit officiel et celui parallèle. Le premier représente 75.000 tonnes sur un capital de 125.000 tonnes, soit environ 60 % », a-t-il indiqué. Alors que celui parallèle représente 40 %. Il a estimé que quand on parle de qualité de semences, il est important de préciser de quel sous-ensemble il s’agit. Pour le circuit officiel, composé de semences certifiées et de semences écrémées, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a assuré que tous les contrôles ont effectués. « Il n’y a pas de doute, tout a été contrôlé selon les critères scientifiques avant d’être accepté par les Directions régionales de développement rural (Drdr) pour la commercialisation », a-t-il insisté. M. Seck a demandé à ce « qu’on n’aille pas chercher les semences dans les marchés hebdomadaires pour dire qu’elles ne sont pas certifiées ».

Kaffrine : 12.619 tonnes de semences d’arachide certifiées vendues
Selon le directeur régional du Développement rural (Drdr) de Kaffrine, Oumar Mbengue, 12.619 tonnes de semences d’arachide certifiées ont été réceptionnées pour toute la région. « Nous sommes à 100 % de la mise en place et vendu pour les semences d’arachide », a-t-il affirmé. Pour les semences écrémées le kilogramme est commercialisé à 140 FCfa et à 150 FCfa pour celles certifiées. S’agissant des autres variétés de semences, notamment le sorgho, le maïs, le niébé, le sésame et le riz pluvial, M. Mbengue a indiqué que la mise en place et la commercialisation sont en cours. Pour l’engrais, 2.000 tonnes de la variété 6 20 10 ont été mises à la disposition des cultivateurs. Le directeur régional du Développement rural a aussi relevé que l’hivernage s’est installé, cette année, dans la région de Kaffrine de façon précoce, contrairement à l’année dernière. Il a plu depuis le 27 juin dernier, alors que l’année passée, les pluies ont commencé à tomber le 8 juillet. Présentement, les paysans sont à la phase de sarclo-binage « radou » (en wolof).

Par Souleymane Diam SY / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.