Braquage avorté d’une agence WARI à Pikine

C’est une histoire digne d’un film de Hollywood qui s’est déroulée hier à Pikine-Ouest : un cambriolage en pleine journée qui a mal tourné, au niveau de l’agence Wari située non loin de la mosquée « Ndank Ndank ».

En début d’après-midi, au moment où les fervents musulmans s’apprêtaient à aller à la grande prière hebdomadaire du vendredi, un étudiant du nom de B. D s’est introduit dans l’agence de Wari. Dans un premier temps, il a demandé à la caissière de lui faire la monnaie. Cette dernière lui a répondu qu’il n’y en avait pas.

Une deuxième fois, il est revenu dire à la gérante qu’il voulait faire une opération de change. Au moment où la demoiselle s’activait pour le satisfaire, il a sorti un pistolet qu’il a braqué sur la tête de la gérante.

L’étudiant en deuxième année dans un établissement universitaire de la place l’a sommée de lui donner le contenu du coffre. Il n’y avait que 25 000 F CFA, selon des confidences. Après avoir pris possession de toute la caisse, l’étudiant a ligoté la gérante, puis l’a bâillonnée, afin de faciliter sa retraite.

Malheureusement pour lui, au moment de franchir la porte de l’agence, un autre client est entré. Ayant apprécié la scène : la gérante ligotée et bâillonnée, il a tenté et réussi à maîtriser le cambrioleur. Ensuite, il a ameuté le voisinage. Rapidement, le local a été envahi.
Il faut dire que l’étudiant doit une fière chandelle à un gendarme à la retraite qui passait dans les environs. C’est lui qui l’a extirpé de la foule surexcitée qui voulait le lyncher, avant d’aviser le commissariat de police de Pikine. Les hommes du commissaire Moustapha Diouf se sont rendus dare-dare sur les lieux pour arrêter et acheminer B. D. dans leurs locaux.

Enquête

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.