Les blessures les plus courantes en sport à prévenir

Si vous suivez les matchs de football au stade ou à la télévision, vous avez probablement vu la scène

où un athlète s’élance et s’arrête soudainement pour mettre sa main derrière sa cuisse.
Plus traumatisants encore sont les épisodes où le joueur fait un faux pas ou subit un coup et tombe au sol avec une douleur au genou ou à la cheville.
Les blessures dans ce sport sont plus fréquentes que vous ne le pensez. Une indication de l’ampleur du problème provient de la Confédération brésilienne de football (CBF), qui effectue un suivi des principales complications médicales lors des matchs des séries A et B du championnat national.
Au cours de la saison 2019, par exemple, 645 athlètes ont été analysés. Parmi eux, 214 (soit 33 % du total) ont subi au moins une blessure.
En d’autres termes, un tiers des joueurs qui ont participé à la compétition ont dû séjourner dans le service médical à un moment donné.

Les parties les plus touchées étaient les muscles (37 %). Il convient de noter que 62 % des blessures sont survenues sans aucun contact physique avec les adversaires.
Les parties du corps les plus touchées étaient les cuisses (40 %), la tête (14 %), les chevilles (11 %) et les genoux (11 %).
Le docteur Jorge Pagura, l’un des responsables du projet à la CBF, explique que l’enquête permet de mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain – et d’élaborer des stratégies pour prévenir nombre de ces épisodes.
« Nous avons pu prouver que les problèmes musculaires sont largement répandus et comprendre à quel point les traumatismes du crâne et du genou sont pertinents », dit-il.
L’orthopédiste Moisés Cohen, président de la commission médicale de la Fédération de football de São Paulo (FPF), explique que pendant un match, l’athlète change de direction et effectue des mouvements inattendus toutes les six secondes – ce qui permet de comprendre le risque élevé de problèmes dans les muscles, les articulations et les os.
« Imaginez le rôle d’un attaquant. Il doit regarder le gardien de but, courir après le ballon et peut-être changer de direction à mi-chemin si le défenseur adverse fait rebondir le ballon », décrit-il.
« En d’autres termes : nous ne parlons pas ici d’un sport aux gestes préétablis. Tout peut changer en une seconde de jeu », ajoute-t-il.
Vous pouvez voir ci-dessous ce qui se passe dans chaque partie du corps où les blessures liées au football sont les plus fréquentes.
Muscles
Le muscle n’est rien d’autre qu’un ensemble de fibres, qui glissent les unes sur les autres dans des mouvements de contraction et de relaxation.
Pendant le jeu, ils sont essentiels pour la course, le saut et le mouvement de la jambe qui passe ou botte le ballon.
Comme ils sont constamment sollicités tout au long du match ou des séances d’entraînement, les muscles sont les principaux endroits où se développent les blessures.
« Généralement, elles sont le résultat d’un effort important, lorsqu’il y a eu usure ou fatigue », explique Mateus Saito, orthopédiste spécialisé en médecine du sport chez Vita Ortopedia.
En d’autres termes, l’effort était si important que le muscle n’a tout simplement pas pu le supporter et a cessé de fonctionner comme prévu.

Et voici quelques jargons typiques, très courants lors des transmissions de matchs de football.
Le premier d’entre eux est la contracture, qui se produit lorsque le muscle se contracte de manière inappropriée et ne revient pas à son état normal de relaxation. Cela peut représenter ou non quelque chose de plus grave, selon l’examen médical.
Le second est l’étirement. Dans celle-ci, le muscle s’étire plus qu’il ne devrait, et certaines des fibres qui le constituent se rompent même.
Or, le problème est plus grave lorsque cet étirement est plus important et qu’il y a rupture totale du muscle (ou d’une partie de celui-ci).
Toujours dans ce domaine, un autre grand adversaire des footballeurs est la pubalgie, une inflammation qui apparaît dans le pubis, près de la hanche.
« C’est une région où de nombreux muscles des membres inférieurs sont connectés et où se trouve notre centre de gravité, dont dépendent tous nos mouvements de coups de pied et notre équilibre », explique M. Saito.
Avec les progrès de la médecine, les professionnels du secteur sont aujourd’hui capables de bien définir l’endroit de la blessure – et, pendant que l’athlète récupère, il fait même des exercices axés sur d’autres parties qui n’ont pas été touchées.

Les séances de physiothérapie, les traitements par pression, la glace et la chaleur sont également essentiels. Dans certains cas plus graves, il est nécessaire de recourir à la chirurgie.
« Une chose qui a beaucoup changé dans notre conduite durant ces dernières années est la diminution de l’utilisation des anti-inflammatoires. Récemment, certaines études ont montré que ces médicaments peuvent même entraver le processus de guérison », ajoute M. Saito.
« Aujourd’hui, nous privilégions les simples antalgiques pour faire disparaître la douleur tout en nous concentrant sur la guérison. »
Articulations
Nous parlons ici de l’endroit où deux os se connectent, ce qui permet des mouvements spécifiques, comme c’est le cas pour les genoux et les chevilles.
Ces régions sont d’ailleurs très vulnérables aux coups portés par un athlète adverse.
Les chocs et les collisions pendant un match peuvent entraîner des blessures très graves, comme celles qui touchent les ligaments, un type de tissu fibreux qui, comme son nom l’indique, relie les extrémités d’un os à l’autre.
Les trous dans le terrain ou la façon dont les joueurs tombent après avoir fait un saut sont une autre source de blessures pour ces structures : les genoux et les chevilles risquent de « tourner » dans le mauvais sens, ce qui peut certainement entraîner des conséquences très douloureuses.
Dans de telles situations, ces ligaments s’étirent au-delà de leurs limites et, dans les cas les plus graves, se rompent complètement.
Ceci, à son tour, empêche le mouvement des articulations et même la continuité du match.
Lorsqu’un athlète célèbre se voit diagnostiquer une telle affection, il est courant que des termes comme « ligament collatéral », « ménisque » ou « ligament croisé » fassent la une des journaux. Il s’agit des noms de certaines parties de l’articulation du genou qui finissent par être blessées.

« L’intervention chirurgicale dépendra du degré de la blessure et de l’ampleur de l’étirement ou de la rupture du ligament », explique M. Cohen, qui travaille également à l’hôpital Israelita Albert Einstein et à l’Instituto Cohen de Ortopedia, Saúde e Esporte, tous deux situés à São Paulo.
Dans les cas les plus graves, l’athlète reste généralement absent pendant environ huit mois, jusqu’à ce qu’il puisse récupérer et reprendre ses activités.
M. Cohen explique qu’avec les progrès de la médecine, l’objectif des professionnels du secteur est d’éviter les interventions chirurgicales dans la mesure du possible et de préserver autant que possible la structure originale du corps.
« Dans le passé, nous avions l’habitude d’enlever le ménisque et le joueur revenait tout de suite. Mais à moyen et long terme, il souffrait davantage d’usure et même d’arthrose, car nous savons aujourd’hui que cette structure est un tampon important entre les os du fémur et du tibia », souligne l’orthopédiste, également professeur à l’Université fédérale de São Paulo (Unifesp).

Les os peuvent être affectés par deux blessures principales : les fractures et les luxations.
Les fractures se produisent lorsque l’os se brise après un coup ou une chute violente.
« Dans la luxation, deux os articulés se déplacent et se disloquent », explique M. Saito.
Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, cette dislocation des os typique de la luxation n’est pas toujours quelque chose de simple.
Dans ces cas, un examen médical indiquera ce qu’il faut faire pour remettre les os à leur place – ou pour les restaurer après la fracture.

Il peut être nécessaire de subir une intervention chirurgicale ou de passer du temps avec la partie du corps immobilisée par un plâtre et des bandages (ou un équipement de protection plus moderne).
La physiothérapie et d’autres ressources thérapeutiques peuvent également faire partie intégrante du processus de rétablissement.
Comment prévenir les blessures ?
Si la plupart des blessures les plus courantes sont le résultat d’accidents, les experts s’accordent à dire que la plupart des blessures peuvent être évitées, que ce soit dans le sport amateur ou professionnel.
« La FIFA elle-même a développé un programme 11+ au cours de la dernière décennie, qui fournit des conseils sur la manière de prévenir ces problèmes », explique M. Pagura.
L’initiative de la FIFA comprend une série d’exercices d’échauffement et d’étirement qui aident à préparer le corps au match.
Pour ceux qui pratiquent le football amateur, utiliser un équipement adéquat (comme des chaussures de bonne qualité) et éviter les chocs ou les collisions inutiles sont également des mesures valables.
Le médecin de la CBF recommande également aux personnes d’observer leur propre corps et de rechercher des signes d’altération des muscles, des os ou des articulations.
« Une douleur qui ne disparaît pas quarante-huit heures après un match doit être examinée médicalement », dit-il.
Enfin, M. Saito nous rappelle l’importance d’une vie active comme moyen de prévenir les fameuses blessures et autres problèmes de santé.
« L’exercice est un médicament. Lorsque vous pratiquez une activité physique, vous contribuez à éviter des maladies telles que l’hypertension, le diabète et même la dépression », rappelle-t-il.
« Et, tout au long des entraînements, il est important de travailler la structure musculaire, même pour protéger les articulations », conclut-il.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,585SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :