La biscuiterie de Fatick sera bientôt fonctionnelle, selon le maire

Fatick aura une biscuiterie
Image d'illustration

Les machines devant permettre le démarrage de l’usine de biscuit de Fatick seront « complètement » installées dans deux à trois mois, a assuré, samedi, le maire de la ville, Matar Ba, informant que la structure nécessite un investissement de 10 milliards de frs CFA.

L’usine qui va exporter les 80% de sa production et vendre les 20% au Sénégal « va faire dans le luxe », a indiqué Matar Ba, estimant à des millions de francs l’investissement fait sur le site devant abriter l’unité industrielle.

M. Ba qui faisait une visite de chantier de cette usine a rappelé que « c’est un investissement de 10 milliards et quand [l’usine] commencera à fonctionner, tous les deux ans, il y aura un autre hangar similaire parce qu’ils ont envie d’en avoir dix pour avoir une grande production ici à Fatick ».

Selon lui, « les biscuits s’appellent +Mobis made in Fatick+ et chacun devrait se battre parce que ça va vendre la destination Fatick ».

« Ce qu’il faut, il faut prier pour que le président de la République puisse venir à Fatick pour couper les rubans et permettre à Fatick de disposer d’une belle unité industrielle qui va relever le niveau de vie de la ville de Fatick », a martelé le maire de la commune.

« Cette usine est une valeur ajoutée pour la ville de Fatick », a dit M. Ba qui a souligné que devant le retard observé pour son ouverture, une pression a été exercée sur les investisseurs pour accélérer les travaux.

« Nous avons vu que toute l’électricité est en train d’être mise sur pied et je suis sûr d’ici deux à trois mois ils auront terminé l’installation et que les machines qui viennent de Chine seront complètement montées », a-t-il assuré.

« Ils ont fait en sorte que les machines ne soient pas stockées ici à Fatick c’est pourquoi le travail de sol, d’électricité et les bureaux devraient être faits avant l’arrivée de ces machines », a retenu le maire de Fatick.

Revenant sur le retard noté dans les travaux, M. Ba a toutefois précisé que « les investisseurs travaillent avec leurs moyens, avec leur planning, notre emploi du temps n’est pas l’emploi du temps investisseurs ».

« Fatick a besoin urgemment d’avoir une unité industrielle mais ceux qui investissent aussi, il faut leur laisser la latitude de voir (…) ce qu’ils veulent faire parce que en réalité ce n’est pas du social c’est du business », a indiqué l’édile de la commune.

FD/PON /APS

Laisser un commentaire