Bill Gates, indétrônable homme le plus riches des États-Unis

Le co-fondateur de Microsoft truste depuis 22 ans la première place du classement Forbes des plus grandes fortunes américaines.

Le classement Forbes des plus grandes fortunes américaines fait la part belle aux milliardaires d’Internet, entre habitués du classement et jeunes entrepreneurs.

Bill Gates est toujours, et de loin, l’homme le plus riche des Etats-Unis, avec 76 milliards de dollars de fortune personnelle, selon le classement publié ce mardi sur le site du magazine Forbes , qui témoigne de la montée en puissance des milliardaires d’Internet.

Le co-fondateur de Microsoft arrive en tête pour la 22ème année de suite. En 1993, il avait succédé à l’investisseur Warren Buffett, qui arrive cette année, une nouvelle fois, en deuxième position, avec 62 milliards de dollars. Plus encore que ces dernières années, le haut du classement se partage entre des habitués, souvent à la tête d’empires industriels, et de jeunes entrepreneurs enrichis grâce à l’explosion d’internet.

Buffett, les frères Charles et David Koch (41 milliards de dollars chacun, respectivement 5e et 6e), ainsi que les Walton, héritiers du géant de la distribution Wal-Mart, ou les Mars, liés au puissant groupe agroalimentaire du même nom, sont des exemples de fortune à l’ancienne.

Ils sont désormais rejoints par le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos (47 milliards de dollars, 4e), par celui de Facebook, Mark Zuckerberg (40,3 milliards de dollars, 7e) ou ceux de Google, Larry Page (10e, 33,3 milliards de dollars) et Sergey Brin (11e, 32,6 milliards de dollars).
Ticket d’entrée au classement : 1,7 milliard de dollars

Toutes ces grandes fortunes étant liées à une ou plusieurs sociétés, leur patrimoine fluctue sensiblement en fonction du cours de l’action, la plupart de ces entreprises étant cotées (à l’exception de Koch Industries et de Mars). La montée en puissance d’internet explique ainsi que Jeff Bezos ait vu sa fortune bondir de plus de moitié (+54%) en une année seulement, et Mark Zuckerberg de 18%.

L’essentiel de ce patrimoine demeure sous la forme de titres. Dans le cas de Jeff Bezos, au cours actuel, la valeur de sa participation est d’environ 41,8 milliards de dollars, le solde soit environ 5,2 milliards, ayant été monétisé.

Entre les deux univers de l’industrie et d’internet, se glissent le fondateur de l’éditeur de logiciels Oracle, Larry Ellison (47,5 milliards de dollars, 3e), l’ancien maire de New York Michael Bloomberg (38,6 milliards de dollars, 8e), ou le magnat des casinos Sheldon Adelson (22,3 milliards de dollars, 15e).

Confirmant une tendance récente, la population des ultra-riches ne cesse de croître. Il fallait, cette année, au moins 1,7 milliard de dollars de fortune personnelle pour entrer dans la liste des 400 de Forbes, alors que 1,55 milliard suffisait l’an dernier.
Donald Trump conteste (encore) l’évaluation de sa fortune

Le candidat à la primaire républicaine et magnat de l’immobilier Donald Trump conteste le chiffre de 4,5 milliards de dollars avancé pour évaluer sa fortune personnelle. « Je suis candidat à la présidentielle. Je pèse beaucoup plus que ça », a lancé le médiatique milliardaire. « Forbes est un magazine en faillite, qui ne sait pas de quoi il parle. C’est tout ce que je peux dire, parce que c’est gênant pour moi » ajoute Donald Trump.
Le magazine rappelle que l’écart entre les calculs de Forbes et ceux de Trump est une constante depuis qu’il a intégré la famille des milliardaires, durant les années 1980. Le rapport était même initialement du simple au triple, selon les estimations du magazine.

lesechos.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.