Quelles sont les armes nucléaires que possède la Russie ?

Le président Poutine a placé les forces nucléaires russes en état d’alerte « spéciale »,

suscitant des inquiétudes dans le monde entier.
Mais les analystes suggèrent que ses actions devraient vraisemblablement être interprétées comme un avertissement aux autres pays pour qu’ils ne s’impliquent pas davantage en Ukraine, plutôt que comme le désir d’utiliser des armes nucléaires.
Les armes nucléaires existent depuis près de 80 ans et de nombreux pays les considèrent comme un moyen de dissuasion qui continue de garantir leur sécurité nationale.
Combien d’armes nucléaires la Russie possède-t-elle ?
Tous les chiffres concernant les armes nucléaires sont des estimations, mais, selon la Fédération des scientifiques américains, la Russie possède 5 977 têtes nucléaires – les dispositifs qui déclenchent une explosion nucléaire – bien que ce chiffre comprenne environ 1 500 têtes retirées et prêtes à être démantelées.
Sur les quelque 4 500 restantes, la plupart sont considérées comme des armes nucléaires stratégiques – des missiles balistiques ou des fusées, qui peuvent être ciblés sur de longues distances. Ce sont les armes généralement associées à la guerre nucléaire.

Les autres sont des armes nucléaires plus petites, moins destructrices, utilisées à courte portée sur les champs de bataille ou en mer.
Mais cela ne signifie pas que la Russie dispose de milliers d’armes nucléaires à longue portée prêtes à être utilisées.
Les experts estiment qu’environ 1 500 têtes russes sont actuellement « déployées », c’est-à-dire installées dans des bases de missiles et de bombardiers ou sur des sous-marins en mer.

Comment cela se compare-t-il avec d’autres pays ?
Neuf pays possèdent des armes nucléaires : La Chine, la France, l’Inde, Israël, la Corée du Nord, le Pakistan, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni.

La Chine, la France, la Russie, les États-Unis et le Royaume-Uni font également partie des 191 États signataires du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).
En vertu de cet accord, ils doivent réduire leur stock d’ogives nucléaires et, en théorie, s’engagent à les éliminer complètement.
Et le nombre d’ogives stockées dans ces pays a diminué depuis les années 1970 et 1980.

L’Inde, Israël et le Pakistan n’ont jamais adhéré au TNP – et la Corée du Nord l’a quitté en 2003.
Israël est le seul des neuf pays à n’avoir jamais reconnu officiellement son programme nucléaire, mais il est largement admis qu’il possède des têtes nucléaires.
L’Ukraine ne possède pas d’armes nucléaires et, malgré les accusations du président Poutine, rien ne prouve qu’elle ait tenté d’en acquérir.
Quel est le degré de destruction des armes nucléaires ?
Les armes nucléaires sont conçues pour causer une dévastation maximale.
L’ampleur de la destruction dépend d’une série de facteurs, notamment :
la taille de la tête
la hauteur à laquelle elle explose
l’environnement local

Mais même la plus petite tête peut causer d’énormes pertes humaines et des conséquences durables.
La bombe qui a tué jusqu’à 146 000 personnes à Hiroshima, au Japon, pendant la Seconde Guerre mondiale, pesait 15 kilotonnes.
Et les têtes nucléaires d’aujourd’hui peuvent dépasser les 1 000 kilotonnes.
Il y a peu de chances de survivre dans la zone d’impact immédiat d’une explosion nucléaire.
Après un éclair aveuglant, il y a une énorme boule de feu et une onde de choc qui peuvent détruire des bâtiments et des structures sur plusieurs kilomètres.

Que signifie la « dissuasion nucléaire » et a-t-elle fonctionné ?
L’argument en faveur du maintien d’un grand nombre d’armes nucléaires était que la capacité de détruire complètement votre ennemi l’empêcherait de vous attaquer.
Le terme le plus célèbre pour cela est devenu destruction mutuelle assurée (DMA).
Bien qu’il y ait eu de nombreux essais nucléaires et une augmentation constante de leur complexité technique et de leur pouvoir destructeur, les armes nucléaires n’ont pas été utilisées dans une confrontation armée depuis 1945.
La politique russe reconnaît également les armes nucléaires uniquement comme un moyen de dissuasion et énumère quatre cas d’utilisation :
– le lancement de missiles balistiques attaquant le territoire de la Fédération de Russie ou de ses alliés
– l’utilisation d’armes nucléaires ou d’autres types d’armes de destruction massive contre la Fédération de Russie ou ses alliés
– une attaque contre des sites gouvernementaux ou militaires critiques de la Fédération de Russie qui menace sa capacité nucléaire
– une agression contre la Fédération de Russie au moyen d’armes conventionnelles lorsque l’existence même de l’État est menacée.
Analyse de Gordon Corera, correspondant sécurité
Devons-nous être inquiets ? La probabilité d’un conflit nucléaire a peut-être légèrement augmenté, mais elle reste faible.
Même si la menace de Poutine se veut un avertissement plutôt que le signe d’une volonté actuelle d’utiliser ces armes, il existe toujours un risque de mauvais calcul si une partie interprète mal l’autre ou si les événements deviennent incontrôlables.
Le ministre britannique de la défense, Ben Wallace, a déclaré à BBC News que le Royaume-Uni n’avait jusqu’à présent constaté aucun changement dans la position réelle des armes nucléaires russes.
Cela sera surveillé de près, confirment les sources du renseignement.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,695SuiveursSuivre
20,500AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :