Etats-Unis : Andrew Gillum, le noir américain choisi par les démocrates comme gouverneur de Floride

Andrew Gillum, gouverneur de Floride
Andrew Gillum

Résultat surprise à la primaire démocrate pour le poste de gouverneur en Floride.

Andrew Gillum, un candidat noir américain issu de l’aile gauche du parti et soutenu par Bernie Sanders, l’a emporté mardi 28 août 2018. Il affrontera, côté républicain, un farouche partisan de Donald Trump. Ce duel illustre la division profonde du pays.

Ses quatre rivaux ne l’avaient pas venu venir. Andrew Gillum, maire de Tallahassee, la capitale de l’Etat de Floride, était le plus mal placé dans les sondages et les caciques du Parti démocrate n’ont même pas pris la peine de l’attaquer pendant la campagne. A 39 ans, il a pourtant battu Gwen Graham, une centriste et ancienne élue du Congrès, fille d’un sénateur qui a également été gouverneur de l’Etat.

Andrew Gillum assume un positionnement résolument à gauche du parti : il est en faveur d’une assurance maladie universelle, de la légalisation de la marijuana et souhaite abolir la police des frontières. Son credo : le Parti démocrate doit s’appuyer sur des valeurs franchement progressistes pour conquérir la jeunesse, ainsi que l’électorat noir et latino-américain. D’autant qu’en novembre, Andrew Gillum affrontera un candidat républicain fidèle à Donald Trump : Ron DeSantis.

Ce duel face à un vétéran de la Navy, invité récurrent de la chaîne télévisée conservatrice Fox News, illustre la forte polarisation politique de la société américaine à l’heure actuelle. Il promet d’être l’un des plus suivis dans la course aux postes de gouverneurs. Si Andrew Gillum est élu en novembre, il sera le premier gouverneur noir de Floride. Mais cela n’est pas gagné : voilà 20 ans que les démocrates n’ont pas placé de gouverneur à la tête de cet Etat-clé.

→ À relire : Une loi du gouverneur de Floride pour renforcer le contrôle des armes

Comment expliquer que ce candidat afro-américain a su doubler ses quatre rivaux lors de cette primaire ? Selon Jean-Eric Branaa, chercheur à l’IRIS, maître de conférences à l’Université Paris II et auteur de Trumpland : Portrait d’une Amérique divisée, il y a deux raisons.

Pour le chercheur, Andrew Gillum est la vitrine des idées de l’aile libérale de son parti : il « se bat pour une assurance sociale pour tous, sur la question de l’immigration en demandant la fin de cette police de l’immigration, et puis c’est aussi les représentants de ce référendum anti-Trump, ils veulent un impeachment. C’est ça aussi qui motive leurs électeurs. »
rfi.fr
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire