Les américains n’ont pas été affectés par la panne récente de Whatsapp, parce que la majorité n’utilise pas cette plateforme

La panne de WhatsApp la semaine dernière a laissé des centaines de millions de personnes dans l’incapacité

de communiquer avec leurs proches pendant des heures.
Certains élèves n’ont pas pu non plus échanger de messages avec leurs professeurs. De nombreux travailleurs n’ont pas pu parler à leurs collègues. Et tout autant n’ont pas pu recevoir les commandes dont dépendent leurs entreprises.
« Je peux dire que 70% de mes commandes proviennent des médias sociaux. Et à cause de la panne de l’autre jour, j’ai perdu 50 % de mes ventes », explique à la BBC Kafui Adzah, propriétaire d’un restaurant à Accra, la capitale du Ghana.

La panne sur les plateformes de Facebook, dont WhatsApp fait partie, a duré environ six heures, affectant l’application de messagerie instantanée qui compte environ deux milliards d’utilisateurs dans 180 pays.
Cependant, le problème n’a pas touché autant de personnes dans le pays où WhatsApp est né.
Aux États-Unis, on estime que moins de 20 % des utilisateurs de smartphones utilisent cette application pour communiquer, selon une enquête du Pew Research Center.
Pourquoi n’est-ce pas comme dans le reste du monde ?
La culture du SMS
Presque tous les utilisateurs de téléphones mobiles aux États-Unis ont un contrat avec une compagnie de téléphone. Contrairement à d’autres pays, il est rare de disposer d’un plan prépayé.
Lorsque les téléphones mobiles sont devenus populaires dans les années 1990, l’envoi et la réception de SMS (Short Message Service) étaient coûteux pour les Américains.
Les forfaits comprenaient un nombre limité de SMS, et le dépassement de cette limite augmentait la facture.

Avec l’expansion des infrastructures, la technologie 2G, l’augmentation de la couverture et la forte concurrence des opérateurs pour les clients, les choses ont changé.
Les opérateurs ont commencé à proposer des forfaits avec appels illimités et SMS gratuits, ce qui a rendu l’envoi et la réception de messages texte très populaires.

« La bonne vieille téléphonie mobile 2G a vraiment surpris les Américains, qui l’ont adoptée », explique Scott Campbell, professeur de télécommunications à l’université du Michigan, sur le blog technologique Lifewire.
En revanche, l’abonnement à l’Internet a fait grimper la facture.
Et comme les SMS étaient inclus dans le contrat, les Américains ont pris l’habitude de les utiliser.

C’est pourquoi, même si l’internet mobile est relativement plus accessible de nos jours, et même si les connexions Wi-Fi sont disponibles presque partout, la culture du SMS est encore forte dans le pays où WhatsApp est né.
Facebook Messenger sur WhatsApp
L’utilisation d’autres applications de messagerie n’est pas rare aux États-Unis, mais plusieurs se sont imposées sur le marché avant WhatsApp.
Une enquête de Statias sur l’utilisation des applications de messagerie et d’appel vidéo montre qu’en 2021, Facebook Messenger est le choix le plus populaire (87 %) parmi les Américains.

FaceTime (34%), Zoom (34%) et Snapchat (28%) devancent également WhatsApp (25%).
Mais lorsqu’il s’agit des Latinos, les choses changent : près de 50 % de ce groupe de population utilise WhatsApp, principalement parce que beaucoup d’entre eux communiquent avec des contacts dans d’autres pays.

Certains analystes affirment que, contrairement aux habitants de pays d’autres régions comme l’Europe ou l’Amérique latine, les Américains n’ont pas beaucoup de contacts en dehors du pays.
Les Américains ne sont donc pas confrontés au problème de l’envoi d’un SMS vers un autre pays (ce qui entraînerait des coûts supplémentaires) comme dans d’autres régions.

« L’une des principales raisons de sa popularité en Amérique latine est qu’il s’agissait de l’un des premiers mécanismes disponibles dans la région pour maintenir une communication instantanée 100% gratuite. Cela a permis d’éviter les frais de SMS facturés par les opérateurs mobiles », note le blog DigitalTrends.
Le facteur iPhone
La présence de l’iPhone vient s’ajouter à la tendance des Américains à continuer d’utiliser les SMS.
Le téléphone d’Apple est utilisé par près de 50 % des utilisateurs mobiles américains.

Et comme le système iOS, dès ses premières versions, a adapté son application iMessage à la plateforme SMS des compagnies de téléphonie mobile, l’utilisation des SMS n’a pas été affectée.
Lorsque les utilisateurs de l’iPhone s’envoient des messages, le téléphone utilise sa propre plateforme. Mais s’il détecte que l’autre téléphone est d’un autre fabricant, comme Android, il utilise le réseau SMS.

Toutefois, les experts en sécurité informatique soulignent que les SMS sont plus vulnérables aux intrusions que les conversations cryptées offertes par WhatsApp.
En outre, la possibilité de former des groupes sur WhatsApp est une autre caractéristique qui pourrait faire évoluer la culture du SMS, si ancrée chez les Américains au cours des dernières décennies.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.