Aliou Sall. « Nous voulons que l’Etat du Sénégal porte la voix des collectivités locales au niveau du Cop 21 »

L’Association des Maires du Sénégal (AMS) et la Commission Décentralisation et Démocratie locale de l’Association Internationale des Maires Francophones (Aimf) ont organisé, cette après-midi, dans un hôtel, une conférence de presse, en présence de Aliou Sall et Abdoulaye Baldé, leurs Présidents respectifs.

Ce, en prélude du Séminaire international organisé à Dakar, du 11 au 13 Septembre 2015, en partenariat avec l’Etat du Sénégal. Le thème : «Pays du Sud face aux enjeux du changement climatique : l’exemple innovant du partenariat entre l’Etat sénégalais et les villes».

«Cette rencontre va regrouper une centaine d’élus locaux du Sénégal, d’Afrique et du monde et sera, aussi, un moment de mobilisation pour les partenaires au développement, qui vont venir écouter la voix des Collectivités locales. Nous souhaitons que les Collectivités sénégalaises saisissent cette occasion, pour présenter leur projet, dans l’espoir de pouvoir nouer des partenariats”, a dit Aliou Sall.

Qui ajoute : “car, à la fin, le plus important, c’est de pouvoir mettre en œuvre des projets adaptés et en mesure de faire face au changement climatique, ou tout au moins, de pouvoir atténuer les effets des changements climatiques», a dit Aliou Sall.

Le Président de l’Ams invite le Chef d’Etat à être leur Ambassadeur au niveau du Cop 21. «Nous voulons que l’Etat du Sénégal porte la voix des Collectivités locales au niveau du Cop 21 et se faisant, nous espérons faire exemple, pour que l’ensemble des Collectivités locales francophones puisse avoir voix au chapitre et être supportées par leurs Etats.

Afin que les stratégies et les engagements, qui seront déterminés à Paris, prennent en compte la dimension des Collectivités locales et notamment, la dimension des villes qui sont principalement les réceptacles des enjeux et des impacts des changements climatiques, à travers le monde».

Et de renchérir : «ce Séminaire sera une plateforme d’échange et de construction de partenariat, mais ce ne sera qu’un point de départ pour la Cop 21. C’est là-bas que nous espérons pouvoir réellement mobiliser d’importantes ressources en faveur des Collectivités locales, parce que, jusque-là, les projets au niveau international pour les changements climatiques, étaient en faveur des Etats et des Ong ; et très rarement, en faveur des Collectivités. Nous pensons que cette année sera une année de rupture et la Cop21 sera l’occasion de prendre en compte les projets qui sont pensés et élaborés par les villes».

Selon les organisateurs, le Séminaire de Dakar enregistrera la participation des Maires des capitales africaines, des Présidents d’Associations d’élus locaux et du Secrétariat permanent de l’Aimf.

Adama LAYE (Actusen.com)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.