Alassane Ouattara : « Je n’enverrai plus de citoyen ivoirien à la Cpi »

A l’Elysée jeudi en fin d’après midi, le président  ivoirien, Alassane Ouattara qui s’entretenait avec son homologue de la France a déclaré qu’il n’enverra plus aucun citoyen devant la Cour pénale internationale (Cpi).

Le président ivoirien était ce jeudi en France pour discuter avec son homologue de la France des projets à venir. Dans le cadre d’une coopération bilatérale, les deux pays amis envisagent de construire de nouveaux ponts (Yopougon) et de tramway. Il a été également question de renforcer la coopération militaire et de renseignements entre les deux pays, notamment dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

L’affaire Gbagbo et la CPI

Par ailleurs au terme de la rencontre, devant une presse focalisée sur le procès de Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara a une nouvelle fois répondu de la même manière si l’on en croit à nos confrères de Koaci. Selon eux, le président ivoirien a dit n’attendre de ce procès que la « manifestation de la vérité » à l’image  des victimes qui attendent que « Justice soit rendue ». Avant de déclarer qu’il n’enverra plus d’ivoiriens à la Cpi jusqu’au terme de son deuxième et « normalement » dernier mandat présidentiel.

« La Cpi a joué le rôle qu’il fallait. Maintenant nous avons une justice qui est opérationnelle et qui a commencé à juger tout le monde. Et je n’enverrai plus d’Ivoiriens à la Cpi puisque nous avons maintenant la capacité de les juger », s’est exprimé Alassane Ouattara qui avait déjà à plusieurs reprises relevé cette position mais qui n’avait pas empêchée le transfèrement de Charles Blé Goudé.

Autant dire que la requête du président Kenyan n’est pas tombée dans les oreilles d’un sourd. Lors du 26e sommet de l’UA, Uhuru Kenyatta a demandé à ses pairs africains le retrait de l’Afrique de la Cpi.

Thienadine/actuprime

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.