C’est quoi au juste l’accord sur le nucléaire iranien dont la relance fait l’actualité ?

L’Iran et un groupe de grandes puissances mondiales se réuniront à Vienne la semaine prochaine

(29 novembre) pour tenter de relancer un accord nucléaire essentiel.
Les tensions au Moyen-Orient se sont récemment accrues en raison des intentions nucléaires de l’Iran. Israël a alloué 1,5 milliard de dollars pour préparer ses forces armées à une attaque potentielle contre les sites nucléaires du pays.
Et l’Agence internationale de l’énergie atomique prévient qu’elle n’est pas parvenue à un accord avec l’Iran sur les inspections d’installations clés.

L’Iran a toujours nié vouloir développer des armes nucléaires et a déclaré qu’il accueillerait favorablement un retour à l’accord précédent avec les puissances mondiales, qui limitait son activité nucléaire en échange d’un allègement des sanctions économiques.
Si les négociations aboutissent, elles pourraient conduire à la fin des sanctions économiques contre l’Iran et limiter toute production future de matériel nucléaire potentiellement dangereux.
Mais si les négociations échouent, le Moyen-Orient pourrait s’engager sur une voie dangereuse.
Quel était l’accord initial sur le nucléaire iranien ?

Il s’agissait d’un accord entre le « P5+1 » (nom accrocheur des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies – les États-Unis, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni et la France – plus l’Allemagne) et l’Iran concernant le programme nucléaire du pays.
L’Iran a accepté d’accepter des restrictions sur l’enrichissement et le stockage de l’uranium, de fermer ou de modifier les installations de plusieurs sites nucléaires et d’autoriser les visites des inspecteurs internationaux.

En contrepartie, une grande partie des sanctions financières internationales paralysantes qui pesaient sur le pays ont été levées.
Le P5+1 pensait que l’accord empêcherait l’Iran de se doter de la capacité de fabriquer des armes nucléaires (l’Iran a toujours nié vouloir le faire, mais plusieurs pays et l’Agence internationale de l’énergie atomique l’ont accusé d’avoir tenté de le faire par le passé).
L’Iran espérait que la levée des sanctions relancerait massivement son économie en difficulté.
Après une longue série de négociations, l’accord est entré en vigueur en janvier 2016.
Pourquoi s’est-il effondré ?

La réponse courte est : Donald Trump.
L’accord a été signé sous la présidence de Barack Obama, mais Donald Trump a clairement fait savoir, bien avant son arrivée à la Maison Blanche, qu’il pensait qu’il s’agissait du « pire accord que j’ai jamais vu négocier », et l’a qualifié à plusieurs reprises d' »horrible » et de « risible ».
Il estimait que les contrôles sur les activités nucléaires de l’Iran étaient trop faibles, qu’il aurait dû également inclure des restrictions sur le programme de missiles balistiques de l’Iran et que les termes de l’accord ne duraient pas assez longtemps.

Le président Trump a retiré les États-Unis de l’accord en mai 2018 et a rétabli les sanctions contre l’Iran.
En réponse, l’Iran a commencé à enrichir de l’uranium au-delà des niveaux autorisés par l’accord et a réduit sa coopération avec les inspecteurs internationaux.
Qui veut le faire revivre ?

En apparence, tous ceux qui ont signé l’accord en premier lieu.
L’Iran n’a jamais voulu que l’accord soit mis au rebut et parmi les P5+1, seuls les États-Unis sous la présidence de Trump voulaient le voir déchiré.
Le président Biden a soutenu l’accord lorsqu’il était le vice-président d’Obama et la plupart de ses conseillers actuels pour l’Iran étaient des personnes qui ont aidé à négocier les termes du traité en 2015.
Les pourparlers ont-ils donc des chances de réussir ?

Il y a des obstacles.
L’Iran était furieux contre les États-Unis suite à l’échec de l’accord, les qualifiant de « régime voyou ».
La priorité de l’Iran est d’obtenir des États-Unis qu’ils lèvent leurs sanctions, tandis que Washington cherche à obtenir de Téhéran qu’il cesse d’enrichir de l’uranium – chacun veut que l’autre agisse en premier.
En raison de ces problèmes, les États-Unis pourraient ne pas rencontrer directement l’Iran au cours des négociations.
L’Iran a également élu un nouveau président en juin, Ebrahim Raisi, qui est considéré comme adoptant une approche plus dure des relations internationales que le gouvernement précédent.

Le président Raisi a promis qu’il ne permettrait pas aux pourparlers de Vienne de s’éterniser.
Il a également écarté la possibilité de toute négociation sur le programme de missiles balistiques de l’Iran et sur ses politiques régionales, notamment son soutien aux groupes armés dans plusieurs pays, malgré les appels des pays occidentaux pour qu’ils fassent partie de tout nouvel accord conclu à Vienne.
Ces facteurs pourraient rendre la résurrection de l’accord plus difficile qu’il n’y paraît au premier abord.
Tout le monde serait-il heureux de voir l’accord remis en place ?
L’Arabie saoudite, grand rival régional de l’Iran, a soutenu avec prudence l’ancien accord.

Mais Israël (considéré comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, bien qu’il ne l’ait jamais confirmé) s’est montré très critique à l’égard de l’accord initial, estimant qu’il permettrait toujours à l’Iran de se doter d’un arsenal nucléaire.

Ayant déjà mené des frappes aériennes sur des installations nucléaires dans deux autres pays de la région, Israël affirme qu’il ne permettra jamais à l’Iran de développer des armes nucléaires.
bbc.com
ActuPrime – La primeur et la valeur de l’information – Sénégal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.