Fatick : D’ici à 2018, 36 unités de transformation agricole et halieutique installées

Groupement de femmes transformatrices

Le ministère de l’Industrie et des Mines a lancé un programme d’implantation de 570 petites et moyennes industries et de développement d’unités de transformation agroalimentaire à travers le Sénégal d’ici à 2018. Selon Babacar Ndiaye de la division des petites et moyennes industries, 36 unités seront implantées dans la région de Fatick d’ici à 2018.

Lors de cette rencontre présidée par l’adjoint au gouverneur chargé du développement, Ndèye Guénar Mbodj, Babacar Ndiaye de la Division des petites et moyennes industries a expliqué que ce programme, qui participe de la volonté du gouvernement d’assurer une meilleure valorisation des ressources agricoles, dans une logique de développement industrielle endogène, est en parfaite cohérence avec le pilier transformation structurelle de l’économie du Plan Sénégal émergent (Pse).

M. Ndiaye a annoncé que 570 unités industrielles seront implantées sur l’ensemble du territoire entre 2015-2018. Pour accompagner ce programme, a-t-il ajouté, l’Etat a mis en place un mécanisme de financement à travers un protocole regroupant le ministère de l’Industrie et des Mines, la Bnde, le Fongip et le Fonsis. Selon lui, ce mécanisme permet aux promoteurs d’accéder à des ressources stables au taux incitatif de 6,5% et de bénéficier de garanties du Fongip à hauteur de 70 % pour leurs emprunts auprès de la Bnde.

M. Ndiaye a indiqué que ce programme qui aura comme principal cible le secteur privé, sera mis en œuvre selon une approche territoriale, qui vise l’implantation de petites et moyennes industries dans les terroirs qui disposent de potentialités locales. Pour la mise en place de cet important programme, a-t-il dit, une phase-pilote est lancée pour 30 projets à travers le Sénégal. Dans cette phase-pilote, la région de Fatick bénéficiera de deux 2 projets et pour 2016 de 18 projets, soit 20 unités. Il a déclaré que le montant plafond pour un promoteur est de 100 millions de FCfa, avec un apport personnel de 10 %. Ce prêt sera payé sur une durée de 3 à 5 ans, avec un différé de 3 à 6 mois. Mettant l’accent sur les autres mesures d’accompagnement en faveur des promoteurs, il a cité l’appui-conseil pour l’accès et le choix de la technologie, l’accès au foncier industriel, aux services de conseil et d’accompagnement dans l’élaboration des dossiers d’appels à candidature. La date limite des dossiers de projets est fixée au 22 février 2016. Ce délai a été jugé très court par les différents intervenants lors des débats. Ils ont également insisté sur l’information pour une meilleure sensibilisation, l’accès aux marchés, l’accompagnement des promoteurs.

Oumar Ngatty BA / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.