Linguère (environnement) : Le ranch de Dolly va bénéficier d’une brigade spéciale de gardes forestiers

Le colonel Baidy Ba

Le colonel Baidy Ba a annoncé la création d’une brigade spéciale à Dolly, pour lutter contre l’exploitation clandestine du ranch. Monsieur Ba ajoute que le chef de l’Etat a mis à la disposition du service forestier 400 agents, dont les 150 seront repartis entre la Direction des parcs nationaux et celle des aires marines protégées.

La Direction des eaux et ses partenaires au développement, dont le PASA, (Projet d’Appui à la Sécurité Alimentaire) ont réalisé 120 km de pare-feux, sur un objectif de 130 km. Pour la région de Louga, 197 km de pare-feux sont ouverts et entretenus par les populations, surtout dans la zone de Tessekré, alors que l’objectif est fixé à 205km.
En termes de logistiques, un bulldozer est basé à Kaffrine, trois engins de terrassement, des unités légères motorisées d’interventions mobiles et 27 citernes d’une capacité de 6.000 à 9.000 mètres cubes sont éparpillés sur le territoire national.

Accompagné d’une forte délégation, dont l’inspecteur régional des eaux et forêts de Louga, le commandant Momar Fall, le chef de brigade de Linguère, le capitaine Babacar Gaye, le colonel Baidy Ba a effectué une mission de suivi de la campagne de lutte contre les feux de brousse, lancée il y a quelques mois par les ministres de l’environnement et de l’élevage. Le Directeur des eaux et forêts a rencontré les populations qui s’investissent beaucoup pour la préservation du tapis herbacé du ranch de Dolly, un espace de repli pour les troupeaux, pendant la saison sèche.

A la découverte du ranch de Dolly : Enjeux et nécessités de préserver le pâturage.

Le ranch de Dolly se trouve à l’extrême sud du département de Linguère, dans l’arrondissement de Barkedji, précisément dans les communes de Thiel et de Gassane. Cet espace couvre une superficie de 87.500 hectares et peut abriter 15.000 têtes de bétail. Inauguré en 1969 par l’ancien président de la république Léopold Sedar Senghor, la création du ranch répondait à un double objectif : promouvoir l’élevage de petits ruminants et favoriser la préservation de la diversité biologique.
La population permanente du ranch est estimée à 5.000 habitants, repartis dans 7 villages et une centaine de campements. Il s’agit d’une population diversifiée comprenant des peuls, (majoritaires) des wolofs, des maures et des sérères. Deux écoles élémentaires sont implantées à Dolly et à Gnathie.

Le ranch de Dolly constitue l’un des derniers espaces de repli pour les animaux de la plupart des régions du pays. Autrefois la biomasse était constituée pour l’essentiel de graminées, d’arbustes et d’arbres fourragers avec des espèces variant selon les types de sol.
Au fil des années, l’ouverture du ranch, l’absence d’un dispositif de contrôle de l’accès favorisent l’exploitation clandestine des ressources naturelles qui y sont disponibles. La clôture barbelée et les parcs à vaccination sont détériorés, les équipements hydrauliques sont vétustes.

Lors de sa visite à Dolly le 26 novembre 2013, le président de la république Macky Sall avait annoncé la réhabilitation du ranch, pour un coût global de deux milliards deux cent cinquante millions de frs Cfa.
Pour sécuriser le ranch, un patrimoine qui appartient à l’ensemble de la nation, le gouvernement du Sénégal est entrain de construire à Dolly un mur de clôture de 120km de long.

Mody Gor Diop correspondant Actuprime

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.