Burkina Faso : Prise d’otages en cours dans l’hôtel Splendid de Ouagadougou

Des coups de feu et des explosions ont été entendus dans un grand hôtel fréquenté par des occidentaux à Ouagadougou. Une prise d’otages est en cours, selon des sources officielles et au moins « une vingtaine de morts » seraient à déplorer. Al quaida au Maghreb islamique (AQMI) revendique l’attaque.

Des hommes armés ont attaqué un restaurant et un hôtel de Ouagadougou au Burkina Faso, vendredi soir, faisant au moins une vingtaine de morts et retenant des otages, une opération revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique moins de deux mois après une attaque similaire au Mali.

C’est vers 20h45 que des tirs nourris et des détonations ont éclaté dans le secteur de l’hôtel Splendid et du café restaurant Cappuccino voisin, deux établissements du centre de la capitale prisés par les Occidentaux. Une dizaine de voitures brûlaient dans la nuit sur l’avenue Kwame Nkrumah, une des principale artères du centre de la capitale où sont situés les deux établissements. Les coups de feu semblent avoir été tirés par trois hommes armés et enturbannés, selon ce qu’a pu distinguer ce journaliste de l’AFP. Un témoin a affirmé avoir vu quatre assaillants « enturbannés et de type arabe ou blanc ».

« Une vingtaine de morts » et de nombreux otages
Selon des témoignages recueillis par le directeur du principal hôpital de Ouagadougou, « une vingtaine de morts » seraient à déplorer, alors même que les terroristes sont toujours retranchés avec des otages. « On sait qu’il y a des victimes et qu’il y a des otages. Actuellement la zone est bloquée par les forces de l’ordre en attendant l’assaut pour libérer les otages. Pour le moment, ce sont les forces burkinabè (qui sont en place) mais on n’exclut pas l’appui des forces étrangères et notamment des forces spéciales françaises », a précisé le ministre des Affaires étrangères burkinabè Alpha Barry.

Un témoin a de son côté affirmé avoir vu quatre assaillants « enturbannés et de type arabe ou blanc ». Il s’agit d’une « attaque terroriste » confirme l’ambassade de France dans la capitale du Burkina. Selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes, Aqmi a posté un message sur la messagerie Telegram, attribuant l’attaque au groupe islamiste Al-Mourabitoune qui a récemment rejoint ses rangs.
 

 

Selon la BBC, deux voitures auraient explosé devant l’hôtel Splendid, situé dans l’avenue Kwame NKrumah, et des hommes en armes lui aurait donné l’assaut. Une vidéo amateur montre l’incendie devant l’hôtel.

Une partie de l’hôtel est en feu, selon BFMTV.

Les tireurs retranchés avec des otages
L’hôtel Splendid, quatre étoiles, est fréquemment utilisé par des Occidentaux et par du personnel des agences onusiennes, mais aussi par les forces spéciales françaises lorsqu’elles sont stationnées dans la région. Selon des témoins cités par l’AFP, les tireurs y sont retranchés. Une prise d’otages est en cours, assure le site d’info Burkina24.com. Il y aurait plus de 100 otages, selon d’autres sources. Deux pick-ups des forces de l’ordre burkinabé sont positionnés non loin de l’hôtel et des échanges de coups de feu sporadiques ont lieu entre les assaillants et les forces de l’ordre.

L’avenue Kwame NKrumah est l’artère principale du centre de la capitale du Burkina. Un café-restaurant situé en face, le Cappuccino, également fréquenté par une clientèle étrangère, aurait également été la cible des tireurs, selon les indications données par un témoin sur place. Il y aurait deux corps à cet endroit, selon un autre témoignage.

Une autre attaque dans le nord du Burkina
Un vol Air France Paris-Ouagadougou a été dérouté vers le Niger voisin. L’hôtel est proche de l’aéroport. Le pays a subi dans l’après-midi une première attaque d’un groupe d’une vingtaine de personnes lourdement armées qui ont tué deux gendarmes dans le nord du pays, près de la frontière avec le Mali, selon un communiqué de l’armée. Cette attaque a lieu moins de deux mois après celle de l’hôtel Radisson Blue à Bamako au Mali, qui avait fait 20 victimes. Elle avait alors été revendiquée par le groupe djihadiste Al Mourabitoune.

Cette attaque est pour autant inédite dans la capitale burkinabè, mais le pays, membre du « G5 Sahel » consacré notamment à la lutte anti-terroriste et « point d’appui permanent » de l’opération française Barkhane, a déjà été la cible d’opérations djihadistes. Une première attaque avait eu lieu vendredi après-midi dans le nord du pays, près de la frontière malienne, au cours de laquelle un gendarme et un civil ont été tués, a indiqué dans la soirée l’armée burkinabè.

Après ces attaques, les services consulaires français au Burkina avaient étendu la « zone rouge » déconseillée aux voyageurs à une large partie du Burkina sans y faire figurer Ouagadougou. Elles avaient toutefois conseillé des mesures de prudence.

lexpress.fr

Get in Touch

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Get in Touch

0FansJ'aime
3,585SuiveursSuivre
20,300AbonnésS'abonner

Latest Posts

%d blogueurs aiment cette page :