Les 11 pays polarisés par la grande muraille verte appelés à l’action

Image d'illustration

La 5ème session ordinaire du Conseil des ministres de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte (ApGmv) s’est ouverte, hier, à Dakar. Une occasion pour le chef du gouvernement d’appeler les 11 pays africains polarisés par le projet à démarrer des actions significatives de régénération de la biodiversité et de lutte contre les changements climatiques.

La Grande muraille verte est une chance pour l’Afrique, et les 11 pays concernés (dont le Sénégal) doivent maintenant passer à l’action. Pour le Premier ministre du Sénégal, Mahammed Boun Abdallah Dionne, qui a présidé, hier, à Dakar, l’ouverture de la 5ème session ordinaire du Conseil des ministres de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte (ApGmv), il s’agit pour ces Etats de la bande saharo-sahélienne de procéder notamment à la restauration des terres dégradées, à la consolidation de l’accès aux services sociaux de base (éducation, santé, nutrition, énergie), afin de générer des ressources au profit des populations.

Le chef du gouvernement qui a parlé d’étape décisive a aussi remercié la communauté internationale, particulièrement la Turquie, considérée comme un partenaire de choix par les 11 pays de l’ApGmv. Tout en rendant hommage aux anciens présidents Abdoulaye Wade (Sénégal) et Olesegun Obasanjo (Nigeria), pères fondateurs de l’ApGmv, Le Premier ministre reste convaincu que les défis environnementaux et climatiques sont prégnants. Mieux, les pays de la Grande muraille verte devraient veiller à la transformation de vastes terres arides en véritables pôles ruraux de développement à l’horizon 2025. L’urgence, a-t-il aussi rappelé, réside dans l’amélioration de la résilience des populations face aux impacts des changements climatiques.

Poursuivant, M. Dionne a estimé que des réponses pertinentes doivent être apportées, car les changements climatiques et l’avancée du désert sapent la biodiversité, de même que les systèmes de production agro-sylvo-pastoraux. De récentes études ont d’ailleurs montré à ce sujet que la région saharo-sahélienne fait face à des pertes annuelles du couvert végétal estimées à 1 million 800.000 hectares. Une situation qui a engendré une baisse sensible de la productivité, une hausse de la pauvreté et des migrations forcées des populations impactées.

Pour le Premier ministre, les problèmes de sécurité qui font le lit de la montée du terrorisme sont causés, en grande partie, par la précarité de la jeunesse. En effet, a-t-il expliqué, la radicalisation de certains groupes vulnérables provient souvent de situations extrêmes, telles que l’insécurité alimentaire.

Pour sa part, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé, a rappelé que le Sénégal joue un rôle de pionnier dans l’aménagement de la Grande muraille verte avec à la clé la plantation de millions d’arbres et l’irrigation des terres ; ce qui a sensiblement contribué au recul de l’exode rural.

Mamadou Lamine DIATTA

La communauté internationale se mobilise
Le ministre mauritanien de l’Environnement, également président du Conseil des ministres de l’Agence panafricaine de la Grande muraille verte (ApGmv), Amédi Camara, a vivement salué la mobilisation des partenaires techniques et financiers autour du projet. C’est tout le sens qu’il faut donner à la présence du vice-ministre turc des Forêts, Harun Tufekci. Ce dernier a informé que l’initiative d’Ankara pour la lutte contre la désertification en Afrique a mis sur la table 5 millions de dollars (environ 3 milliards de FCfa) pour soutenir le continent.

Créée en 2006, l’ApGmv a mis en place des stratégies et un plan d’actions déjà validé. Pour le ministre mauritanien, d’immenses efforts ont été fournis sur le plan institutionnel. Une convention a été signée et ratifiée par beaucoup de pays. Les 11 Etats membres de l’agence ont pris conscience de la grande mobilisation de la communauté internationale autour du projet, quelques temps après la Cop 21 de Paris et à quelques mois de la Cop 22 prévue à Marrakech, en terre africaine.

M. L. DIATTA / lesoleil.sn

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.